Journée d’étude  »La jeune recherche et le genre : enjeux, méthodes et perspectives »

Journée d’étude « LA JEUNE RECHERCHE ET LE GENRE. ENJEUX,
METHODES, PERSPECTIVES », CNRS / EFIGIES, 27 OCTOBRE 2014

Téléchargez ici le programme de la journée

Compte-rendu par Véra Léon, qui représentait GenERe lors de cette journée.

En introduction, sont présentées les actions de soutien aux études de genre au CNRS depuis quelques années, couplées aux décisions volontaristes destinées à développer l’égalité professionnelle, en particulier par le vecteur de la mission pour la place des femmes au CNRS, dirigée par Anne Pépin. Cela répond à une volonté affirmée dans un contexte politique très tendu sur ces questions.
Cette politique s’est faite par plusieurs voies, présentées de manière non exhaustive :
• Recrutements colorés « genre », depuis 2011 (avec une interruption l’année dernière)
• Recensement des études sur les femmes et le genre depuis 2008 (les résultats viennent d’être publiés)
• Conditionnement des financements de colloques et événements scientifiques à la parité
• Etc.

Enfin, il est souligné le caractère novateur d’une telle journée d’études : il est rare d’entendre des doctorant·e·s parler au sein du CNRS, mais c’est une volonté affirmée de la part des organisatrices de la journée.

La table-ronde du matin est très fructueuse, la parole circule bien, et permet de comprendre :

• pourquoi des réseaux de jeunes chercheur·e·s sur le genre sont nécessaires (ainsique des réseaux plus disciplinaires comme Genre sexualités langage, ou des réseaux plus généralistes comme la Confédération des Jeunes Chercheurs)
• comment ils se sont constitué (développement progressif), sur quelle impulsion (féminisme ; volonté de cohésion, de visibilité et de légitimité), avec quels objectifs (part d’autoformation, inscription dans l’actualité de la recherche, diffusion des savoirs…)
• quelles sont les difficultés rencontrées : financières souvent, de reconnaissance institutionnelle, de transmission (quand les personnes impliquées suspendent leur activité ou à un moment de renouvellement de génération)…
Parmi les principales revendications exprimées :
• la création de postes fléchés genre (cela existe aujourd’hui au CNRS mais pas dans les universités), et aussi en amont de davantage de contrats doctoraux et post-doctoraux fléchés
• le développement de l’offre de formation, sous forme de structures permanentes (masters etc.) ou d’écoles d’été par exemple ; car il est souligné que se former aux études de genre relève souvent d’une grande part d’autodidaxie, ce qui prend beaucoup de temps et d’énergie
• avec ce développement de l’offre de formation, une mise en ligne au niveau national des différents cours, par exemple sur un portail commun
• une meilleure articulation entre le développement des études de genre -qui s’institutionnalisent dans certaines universités- et les politiques locales qui devraient nécessairement y être associées, en particulier d’égalité professionnelle mais aussi de lutte contre le harcèlement sexuel, contre les discriminations de genre, etc.

L’après-midi, six interventions sont développées sur le thème « genre et SHS » puis « genre et santé » :

• Cela donne l’occasion de développements très intéressants sur l’historiographie de disciplines souvent moins représentées dans les études de genre, notamment les sciences du langage, la géographie, les sciences de l’information et de la communication, la psychanalyse.
• Il se dégage assez clairement à quel point le genre amène non pas simplement une nouvelle thématique, de nouveaux objets d’études, mais renouvelle complètement la perspective sur une discipline, en amenant une épistémologie du point de vue. Cela implique nécessairement des résistances institutionnelles et individuelles / intellectuelles, attestées par toutes les intervenantes venant pourtant de disciplines très différentes

En conclusion, plusieurs points sont mis en avant par Lola Gonzalez-Quijano et Sandra Laugier :

• Le fait que ces recherches s’inscrivent dans des enjeux de justice sociale et d’égalité n’en enlève pas la scientificité. Au contraire, il n’y a pas plus indispensable pour l’autonomie, l’indépendance de la science, que d’interroger l’idéologie de l’objectivité scientifique
• Loin d’être une spécialisation supplémentaire, le genre est un outil qui amène nécessairement une pluridisciplinarité, ce qui est très riche (et très stratégique dans le contexte actuel pour les financements ; en particulier, d’énormes moyens sont disponibles si on collabore avec des sciences exactes ou expérimentales, ce qui est aussi une opportunité intellectuelle passionnante).
• Importance d’introduire le genre dans toutes les disciplines, mais aussi de le faire reconnaître comme une discipline à part entière
• Nécessité de faire front, de faire du lobbying pour accroître la visibilité et la légitimité de nos recherches. Cela doit se faire surtout sur le plan local car avec l’autonomie des universités, le niveau national n’a pas de prise sur les décisions qui concernent désormais chaque université. Importance de se fédérer, entre les différentes associations locales et nationales, pour se coordonner et échanger les expériences. Importance aussi de collaborer avec les chargé·e·s de mission égalité nommé·e·s dans chaque établissement : au CNRS par exemple, c’est
cette alliance qui a déclenché la politique volontariste sur le genre et sur l’égalité professionnelle qui n’aurait pas pu exister sans cela
• Sandra Laugier conclut en affirmant son soutien à la possibilité d’engager une personne au CNRS qui serait chargée de coordonner un portail en ligne commun à toutes les formations / associations dédiées au genre et qui répertorierait les cours, les appels à comm, etc.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *