Sex itself : The Search for Male and Female in the Human Genome par Sarah Richardson

Compte-rendu de la présentation par Sarah Richardson de son livre Sex itself : The Search for Male and Female in the Human Genome (2013), à l‘Institute for Research on Women, Gender and Sexuality de l’Université Columbia à New York, le 19 novembre 2014.

eofsrichardson

Par Vanina Mozziconacci

Sarah Richardson est historienne et philosophe des sciences et professeure associée à l’Université Harvard.

A lire : un article écrit par la chercheuse publié sur Slate: « Y All the Hype? A study about sexual similarity gets framed as a major new finding of sex difference. »

9780226084688

Cette courte intervention est l’occasion pour Sarah Richardson de présenter son ouvrage paru en 2013, Sex itself : The Search for Male and Female in the Human Genome, en se concentrant sur les principaux problèmes abordés par le livre et en mobilisant des exemples précis. Il s’agissait notamment, dans ce travail, de voir comment la binarité associée aux chromosomes X et Y informe notre conception du sexe – cette recherche est également l’occasion d’innover en matière de théorie féministe des sciences.

Avant de commencer, elle diffuse un extrait (entre 5:30 et 8:00) d’une conférence TED donnée par David Page (professeur de biologie au Massachusetts Institute of Technology) intitulée « Why Sex Really Matters » et visible ici :

http://www.tedxbeaconstreet.com/david-page/

Dans cet extrait, David Page affirme que la « vision unisexe » du génome humain n’est pas valable et que « les hommes et les femmes ne sont pas égaux dans leur génome » (« men and women are not equal in their genome ») car si deux hommes ou deux femmes sont à 99,9% identiques dans leur génome, un homme et une femme ne sont identiques qu’à 98,5%. « La différence génétique entre un homme et une femme est 15 fois la différence génétique entre deux hommes ou entre deux femmes ». Ainsi, affirme-t-il, la différence entre un humain mâle et un chimpanzé mâle est la même qu’entre un mâle et une femelle de l’espère humaine.

clintonchimp

Ce qui intéresse Sarah Richardson dans ce genre d’exposé est la façon dont la matérialité et la technologie du Projet génome humain viennent quantifier la différence entre les hommes et les femmes. Ce processus a été relativement ignoré par les féministes. Sa démarche, en tant qu’historienne et philosophe des sciences dans les feminist studies, c’est de rendre le genre visible dans les démarches scientifiques. Elle veut ainsi enrichir les théories qui montrent la façon dont les éléments sociaux contribuent à la science. Pour cela, elle part d’une vision de la science qui ne considère pas qu’elle est l’opération simple et linéaire « hypothèses + données = faits scientifiques ». Sa conception de la science est qu’il y a une sous-détermination (underdetermination) de la théorie par l’expérience (NDLR : thèse qu’on peut faire remonter à Quine et au holisme épistémologique et résumer ainsi « deux théories différentes peuvent être empiriquement équivalentes ; elles peuvent être vérifiées et falsifiées par le même budget d’observations possibles, et cela même si l’on poursuivait indéfiniment,  »jusque dans l’éternité », les observations et vérifications », article Encyclopaedia Universalis sur Quine, par Françoise Armengaud). Du fait de cette sous-détermination, il y a des brèches (gaps) entre les données et les théories, et ces brèches sont comblées par des suppositions implicites ou explicites et qui sont liées aux contexte social. C’est la raison pour laquelle elle qualifie la science de « pratique sociale ».

A partir de là, elle identifie quatre objectifs dans son ouvrage :

  • Faire l’histoire des chromosomes X et Y comme des objets genrés de la connaissance scientifique.
  • Analyser les affirmations concernant les différences de sexe chez les humains qui utilisent la matérialité, les discours et les technologies de la génomique.
  • Voir quel modèle permet d’appréhender la place du genre dans les sciences. Ici, elle se démarque des analyses qui consistent à ne voir le genre que comme un biais, pour avoir une vision plus large, à savoir comment le genre travaille la science.
  • Élaborer une théorie du sexe. Elle pense que les chercheuses féministes ont sous-théorisé le sexe.

Mapa_genético_o_cariograma

 

« Caryotype d’un être humain de sexe féminin (XX). » (Wikipédia)

Elle souligne d’emblée que le rôle joué par le caryotype et les chromosomes a été fondamental dans la pensée d’un dimorphisme entre hommes et femmes. Pourtant, la relation entre les chromosomes X et Y dans le sexe phénotypique n’est pas simple et linéaire. XX et XY ne sont par exemple pas suffisants pour expliquer le développement du sexe gonadique : des gènes se trouvant sur d’autres chromosomes sont nécessaires.

La période sur laquelle elle travaille va de 1899 à 2005 (la « découverte » de XX et XY comme chromosomes sexuels a eu lieu en 1890 et en 1905). Toutefois, Sarah Richardson souligne que pendant une grande partie du XXème siècle (jusqu’aux années 1950-60), le modèle pour penser le sexe était plutôt un modèle hormonal. Il importe en effet de replacer la génomique dans l’histoire de la science du sexe (du XVIème siècle au XXIème siècle, des théories du sang à la génomique), notamment pour voir comment certaines conceptions du sexe qui ont été invalidées il y a des décennies peuvent revenir sous d’autres formes.

1736_400x600

Couverture de la bande dessinée Y, The Last Man

Comment en est-on venu par exemple à affirmer que le « Y » est le « chromosome mâle » ? Un moment de la recherche scientifique en génomique a joué un rôle important dans cette caractérisation. Dans les années 1960-70, des études portant sur des hommes se trouvant dans des institutions sécurisées et des prisons ont conduit à associer une anomalie (relativement fréquente), à savoir la présence d’un deuxième chromosome Y, à une grande agressivité et aux comportements criminels (Voir par exemple cet article paru dans Nature). L’anomalie est donc devenue un « syndrome » : le « XYY syndrome », censé renvoyer à une tendance aux comportements violents tels que meurtres ou viols. Cela a été longtemps inscrit dans les manuels de biologie et il a fallu des années pour que cela soit retiré, même après avoir montré que ce syndrome était en réalité un mythe. Il est intéressant de faire un parallèle entre l’anomalie XYY et la vision que la culture commune a de la testostérone : avec XYY, c’est comme si une dose de masculinité supplémentaire se trouvait dans le corps. Y est ainsi devenu un trope pour penser la masculinité, trope qu’on retrouve fréquemment dans les médias ou la culture populaire (exemple avec la bande dessinée Y The last man). Bien que cet épisode reste comme un exemple de science peu rigoureuse, les réflexions sur ce qui a pu favoriser ce mythe du syndrome XYY sont relativement rares, notamment sur le rôle qu’ont pu jouer les théories sociobiologiques et éthologiques avec par exemple l’idée de « l’animal en nous ». Ce qui est frappant, c’est que lorsqu’on étudie les populations sur lesquelles portaient ces études, l’anomalie où c’est le chromosome X qui est doublé (XXY, donc) est aussi fréquente que l’anomalie XYY. Pourtant, personne n’a fait l’hypothèse d’un syndrome d’hyper-féminité qui serait lié à l’agressivité.

Pour revenir sur l’intervention de David Page, qui affirme que la différence entre hommes et femmes est plus grande qu’entre hommes et chimpanzés mâles, on pourrait formuler des critiques à partir de données empiriques. Mais ce qui est intéressant, c’est de voir le type d’affirmations qu’est censée permettre la génomique, avec l’idée d’une « quantité » de différence (amount of difference). Il faut bien voir que les technologies du génome et la façon dont on recueille des données se focalisent sur la question des différences. On passe par exemple d’un modèle linéaire du sexe (avec chromosomes → gonades → sexe phénotypique) à un modèle où le génome est au centre. Huntington Willard (généticien de la Duke University), qui est le premier à avoir fait cette comparaison hommes/femmes/chimpanzés, va jusqu’à dire « il n’y a pas un génome humain, mais deux : un génome mâle et un génome femelle ». Il n’est pas rare que ces « quantités » de différences soient des estimations, en présupposant qu’on va trouver encore plus de différences. On passe du local au global en extrapolant et on part du principe que si on a déjà découvert quelques différences, alors il y en aura encore plus par la suite, plutôt que d’envisager qu’on trouvera des similarités.

Sarah Richardson (2013) Sex itself : The Search for Male and Female in the Human Genome, The University of Chicago Press.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *