Genre et sexualités (1) : intervention de Michèle Rosellini « Le concept de ‘scène sexuelle' »

Suite au colloque « Genre et sexualités » ayant eu lieu en décembre 2014 et organisé par GenERe, nous publions ici un compte-rendu des interventions.

Michèle Rosellini (Institut d’Histoire de la Pensée Classique UMR 5037 – IHPC), Lettres modernes : Le concept de « scène sexuelle »

Lucy Michel. Bonjour à toutes et à tous. Je vous présente Michèle Rossellini, maîtresse de conférence à Lyon, spécialiste de la lecture au 17e siècle. Elle a travaillé sur des auteurs libertins comme Charles Sorel, Cyrano de Bergerac, sur les écrits érotiques voire pornographiques. Un de ces concepts clé est celui de « scène sexuelle ».

Michèle Rosselini. Merci à tous les membres de GenERe de m’avoir invitée et donné l’occasion de présenter des éléments de ce corpus. J’ai modifié le titre après la parution du programme. Je commence par vous montrer des images. Trois images d’un livre de l’Arétin paru en 1527 à Rome. C’est un miracle, le livre a failli disparaître. Les exemplaires ont été démembrés, l’ouvrage a été retrouvé au 20e siècle. Mémoire insistante du livre disparu dans l’imaginaire du 17e siècle, entretenu par la présence diffuse de l’Arétin à travers le dialogue pornographique.

Pour donner quelques exemples d’ouvrages : la Vita delle puttane (La vie des putains) et La Puttana errante. Il s’agit d’une parodie en vers, anonyme, mais attribué à tort à l’Arétin. Le nom de l’Arétin se trouve associé à un ensemble fantasmatique en lien avec la vie licencieuse, les putains. Les arétins se réfèrent ensuite à tous les ouvrages licencieux clandestins.

Rémanence littéraire des images perdues. Par exemple : les postures de l’Arétin. C’est en partant de ces observations que j’envisagerais la réminiscence de la scène sexuelle dans l’espace littéraire. La scène narrative est alors un moment d’arrêt de l’écriture. La logique iconique se substitue à la logique discursive. Le spectateur fait l’objet d’un renversement, il se sent regardé par le tableau. Ce phénomène a été étudié par Merleau-Ponty (et Lacan dans son sillage). L’emprise de l’image sur le corps du lecteur a été prise en compte par les éditeurs au 17e siècle.

Le lectorat d’ouvrages licencieux est a priori considéré comme masculin, c’est à ce lectorat que sont destinés les sonnets de l’Arétin. Cependant, malgré cela, on constate une égalité des points de vue féminin et masculin dans les sonnets luxurieux. On a une polysémie énonciative et une certaine égalité dans la prise de parole, même si la voix du poète, masculine, s’adresse uniquement à l’homme. On peut observer la situation dans les images. Par exemple, dans Les postures de l’Arétin : on voit une vieille femme ridée qui ne perd rien de la scène sexuelle sur l’image.

A l’inverse de ce que l’on observe dans les sonnets, la poésie satirique du 17e limite la scène à l’homme comme sujet. La femme est uniquement objet. La narration s’adresse uniquement à un lecteur homme.

Quelle est la relation entre genre et sexualité ? Je m’intéresse à cette question à partir du parcours du corpus libertin du 17e siècle. Comment au fil du siècle la publication sur des formes littéraires diverses contribue-t-elle à produire une représentation des normes de genre en association ou décalage avec les normes de la société de l’époque ?

  1. Les rapports de genre dans la poésie licencieuse

Publication de la poésie licencieuse très forte entre le début du siècle et l’année 1923. Ceci a lieu en deux phases :

  • Les recueils « folâtres » entre le début du siècle jusqu’en 1610

  • Les recueils satiriques ou « satyriques ». Correspondance entre la satire et le satyre. Thématique sexuelle plus brutale alors que les recueils folâtres s’appuyaient surtout sur des suggestions.

Il y a donc une rupture brutale entre ces deux moments.

  • Folastrerie

Les titres des ouvrages affichent leur fonction récréative. L’exhibition du sexe est objet comique, l’ambiance naturaliste de l’époque conduit à considérer l’exercice de la sexualité comme sain et naturel, proche de l’animal (scènes rustiques).

Ex : Le Sandrin ou Verd galant, recycle des textes publiés auparavant dans la muse folastre (1600, 1603, 1607). On retrouve ces folâtreries imprimées dans les recueils du 17e siècle.

Ces scènes se caractérisaient par une égalité entre femmes et hommes dans l’expression du désir, avec partage égal entre les sexes du désir et du plaisir même si le pôle masculin est valorisé dans Le Verd Galand (1609). Le langage est allusif et métaphorique.

Cette ambiance allègre et cette expression honnête va être étrangement bousculée dans les recueils « satyriques ».

Cette dégradation de l’expression va de pair avec une dégradation du sexe féminin, à la fois le genre et l’organe génitale lui-même. Les recueils satiriques sont moins nombreux mais tout aussi répétitifs.

  • L’univers satyrique

L’univers satyrique va de pair avec une dégradation du sexe féminin. Dans l’univers satyrique, il n’y a plus rien de champêtre. Est décrit un milieu urbain organisé entre deux pôles opposés et connectés : la cour et le bordel.

Parnasse Satyrique : La généalogie emprunte au vocabulaire des maladies vénériennes. Scénographie de la contamination dans laquelle la femme est la seule responsable. La figuration de la scène sexuelle n’est pas inhibée par la contamination mais elle propose des variantes au coït. Dans cette veine se multiplient les contre blasons du sexe féminin, non seulement par le contenu du discours (de l’éloge au blâme) mais aussi par l’emploi brutal du langage obscène.

On peut se demander si l’absence de poil pubien dans les représentations du sexe féminin ne correspond pas à un sexe féminin contaminé par la vérole (absence de poil pubien).

Le rapport au lecteur (selon qu’il soit femme ou homme) se modifie. Il y a une connivence entre les hommes. La lectrice n’est généralement pas invitée ou c’est alors sur le ton du défi « gardez-vous de lire ces vers, ils f…tent les gens par l’oreille » (Parnasse des poètes satyriques). Ces vers signalent la jubilation du poète de voir s’effondrer la dignité de la femme.

Inflexion vers la brutalité qui tient au genre de la satire qui se nourrit de violence.

La censure va agir sur la graphie : la scène sexuelle, interdite de représentation verbale, migre vers d’autres formes artistiques.

  1. La scène sexuelle à fonction pédagogique : ambiguïté du rôle central accordé aux femmes

1650-1680.

La transgression est centrée sur la fonction éducative des jeunes filles (L’école des filles, Venus dans le cloître, l’académie des dames). On peut y lire un projet d’émancipation féminine. Ce projet d’émancipation peut être lu dans les textes liminaires. Les mères invitent leurs filles à lire l’ouvrage pour assurer leur choix du meilleur partenaire.

Statut du langage obscène dans le contexte littéraire du dialogue éducatif. On dit les termes, on donne les explications anatomiques et on va vers l’expérience. La multiplicité des termes du vocabulaire anatomique (cul, con, vit) indique la multiplicité des plaisirs, on va jusqu’à reproduire les images perdues de l’Arétin et de Carrache.

Un autre bénéfice de cet enseignement est la destruction des préjugés sociaux sur la pudeur. Suzanne remarque que c’est parce qu’elles ont été mal éduquées que les filles nourrissent des rêveries vagues sur l’amour avant de se marier. Si elles sont initiées de la bonne manière, elles vont savoir ce que c’est que l’amour.

Sur l’autre versant, on va voir se déployer le point de vue masculin qui va relativiser l’émancipation féminine. La perspective est limitée par le point de vue masculin (utilisation de termes comme « spermatisée »).

Mise en scène de la complémentarité des sexes. Sexe féminin comme inversé du sexe masculin.

Autre topos ambigu : comment l’esprit vient aux filles. Octavie dans l’Académie des dames apprend le latin. « Celui là seul qui nous ouvre l’esprit nous ouvre le con ». Elle confirme un autre préjugé misogyne, qui détermine l’esprit des femmes par leur seule sexualité.

Conclusion.

Ces dialogues qui prétendent émanciper les filles sont déterminés par un point de vue masculin qui maintient des préjugés sexistes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *