Genre et sexualités (2): intervention de Pascale-Marie Milan

Suite au colloque “Genre et sexualités” ayant eu lieu en décembre2014 et organisé par GenERe, nous publions ici un compte-rendu des interventions.

Pascale-Marie Milan (Centre de recherches et d’études anthropologiques – EA 3081), Anthropologie : « Il n’y a pas de mariage, les hommes visitent les femmes la nuit. Mais pour les touristes c’est 16h-00h! »

Lucy Michel : Pascale Marie Milan, Centre de recherches et d’études anthropologiques, Université Lyon 2. «  ‘Il n’y a pas de mariage, les hommes visitent les femmes la nuit. Mais pour les touristes, c’est 16h-00h’ ». Ses travaux interrogent le lien entre tourisme et ethnicité dans un système mondialisé dont les traditions semblent être mises en scène pour répondre aux fantasmes des touristes.

Pascale-Marie Milan: Je vais commencer par une anecdote qui a eu lieu en juin 2014, dans un petit village du Yunnan. La région est habitée principalement par des Moso. Ils pratiquent une coutume sexuelle singulière, les hommes visitent les femmes la nuit venue et retournent dans leur maison maternelle le jour. En chinois, cette pratique a un terme, qui signifie « aller se marier ». Elle a été l’objet de nombreux fantasmes. Le lac Lugu attire les touristes : montagnes, etc. Mais outre le caractère pittoresque, la région est devenue un haut lieu du tourisme ethnique. Orientalisme propre à la Chine qui a anticipé à placer les minorités du côté du féminisé et de l’érotique. Ces pratiques auraient été considérées comme déplacés chez les Huan.

Affiche barbecue qui vend des services aux touristes : « possibilité de « durung » de 16h à 00h ». Il s’agit d’un piège à touristes. Chez les Moso, il n’est pas possible d’avoir de relations la journée.

Il faut souligner les aspects prescriptifs de la coutume : entre eux, ils ne peuvent pas en parler ouvertement, ça ne doit pas se savoir. Certaines monnayent les relations pour les femmes. Les hommes, ça ne les gênent pas, mais la nuit. Un ensemble de considérations morales entourent la pratique :

  • On ne peut pas changer d’hommes tous les soirs

  • Les relations de nuit sont liées à des sentiments

  • On peut changer de partenaires tant qu’on n’a pas d’enfants.

  • Avec des enfants, l’homme devient une « épouse » et l’homme « mari » (mais sans contrat). Dans ce cas, l’homme peut venir la journée et passer de la pièce principale à la chambre.

Problème de traduction entre la langue vernaculaire et le chinois. Ils disent les mots en chinois mais ces mots n’existent pas littéralement.

Depuis le printemps 2007, j’ai fait un terrain ethnographique dans la région de l’Himalaya chinois. Ces commentaires révèlent les stéréotypes tenaces qui proviennent des touristes tout autant que des explications anthropologiques (chinois) sur les rites de passage. Ils ont insisté sur la liberté des mœurs, le matriarcat qui serait un premier stade évolutif.

  1. Conceptions locales du genre et de la sexualité

Notion de genre chez les Moso est différente. Il faut se référer à la notion de « personne » : il s’agit de prendre en compte la langue, les mœurs, les règles, les rites, la cosmologie, les récits, etc. Il faut contester la conception du genre comme sexe social de l’individu, non pas parce que la lecture n’est pas pertinente mais que le sexe social serait un attribut intrinsèque et occidentalisant de la personne. Dans les sociétés mélanésiennes, l’être est constitué par ses relations.

Une anthropologue chinoise a repris cette conception de la personne. La notion de personne se façonne chez les Moso dans les relations propres à la maisonnée : sœur-fille/ sœur-frère/ oncle-neveu/ oncle-nièce.

  • Idéologie matrilinéaire : matrilocalité et matrifocalité. La figure de la mère est très importante. Les individus descendent du même ancêtre, transmission des biens par la mère.

  • Reproduction : « l’homme n’est qu’un arroseur qui permet à l’herbe de pousser ». Il n’est pas considéré comme le transmetteur de caractères héréditaires, il n’a aucune obligation morale et économique envers les enfants. Dans ce système socio-cosmique, pas de référence à la centralité de l’homme, pas de concept de « domination masculine ». On peut parler de dominance du féminin mais pas de matriarcat.

  • Domination de l’idéologique et du culturel. Nicole Claude Mathieu : on peut voir le sexe et le genre comme intrinsèquement liés avec le sexe qui impose le genre.

  • Hétérosexualité instituée : l’homosexualité n’est pas du tout conçue dans la société Moso (ou je n’ai pas eu accès à de telles informations).

  • Cette visite nocturne n’est pas soumise à un échange économico-sexuel. Si la relation devient ostentatoire (si l’homme devient la personne fréquentée), il a l’obligation d’apporter à la maisonnée des cadeaux.

Il ne s’agit que d’un idéal-type, il y a des variations historiques : les nobles se mariaient, la loi sur le mariage en Chine dans les années 1950 imposait aux Moso de se marier et qualifiait leurs pratiques d’illégitimes.

  1. Images qui circulent à l’égard des Moso

Erotisation des Moso et marchandisation partielle de leur sexualité. Les trajectoires dévoilent des formes d’agency dans leurs relations avec les touristes. Ils sont objectivés par un procédé qui les infantilisent et les féminisent. L’imaginaire les représentent comme libres sexuellement (les termes vont du porno soft à la sexualité ethnique). Le fantasme est celui de la femme érotique, qui peut multiplier les partenaires.

Retour sur des notes de terrain. Dans un bus touristique de retour du lac, une conversation s’engage sur les jeunes hommes Moso, chacune des femmes liste son préféré. Elles imaginaient leur retour et les aventures qu’elles pourraient avoir avec eux. Les fantasmes sont liés à une libération sexuelle plus forte en Chine.

Comment les attentes entre touristes et Moso s’ajustent-elles autour du lac, construit depuis les années 1990 par et pour le touriste ?

La consommation serait devenue une nouvelle morale individuelle conçue sur le plaisir, le sexe et le spectacle (Baudrillard).

Lors des fêtes dansantes organisées à l’intention des touristes, description d’une petite scène : un touriste s’approche d’une femme Moso. « Je peux te visiter ce soir ? ». Elle fait semblant de ne pas l’avoir entendu, lui répète, elle refuse, le touriste lui dit « mais ce n’est pas votre pratique ? ». Beaucoup de touristes, avec l’achat du billet pour l’entrée au lac, pensent que cet achat correspond aussi à une sorte de ticket pour avoir des relations sexuelles avec les Moso. Pour limiter les déceptions touristiques, des bars karaoké ont ouvert avec des prostitués souvent issues d’autres régions.

Le tourisme crée une rencontre entre sujets dissemblables, qui posent des minoritaires en miroir des Huan, qui constituent la norme civilisée qu’il s’agit de rejoindre. Les nouvelles pratiques de sociabilités sexuelles entre touristes et Moso visent à atteindre la norme civilisée : mariage avec des hommes chinois Huan, gagner du capital économique et du capital moral.

Aujourd’hui, quelques études de cas en Chine montrent une instrumentalisation de l’imaginaire et des fantasmes à propos de la sexualité légère des Moso et dévoilent de nouvelles sociabilités sexuelles et de nouvelles pratiques entre locaux et touristes. Si le lac n’est pas un lieu où l’on peut pratiquer du sexe libre et sauvage, d’autres endroits peuvent s’y prêter.

  • Jeu mené par les locaux pour répondre aux attentes des touristes. Les touristes vont payer le repas, la soirée et parfois il y aura sexe (mais pas toujours). Donc ce n’est pas uniquement un échange économico-sexuel. On n’est pas dans les relations prostitutionnelles comme on peut les penser. Il s’agit d’une relation sociale où les partenaires s’amusent dans un jeu de séduction, marchandisation du fantasme

  • Les Moso acceptent de marchandiser le fantasme car cela leur permet de s’enrichir (téléphone portable, voiture, et autres artefacts de la modernité).

  • On trouve quelques hommes partis vivre à la ville avec une chinoise, idem pour les femmes qu’ils ont rencontrés lors des festivités.

Certaines femmes veulent « échapper à leur condition ». « Mieux vaut être assise dans une BMW et pleurer que d’être assise à l’arrière d’un vélo et rire ».

Si on revient aux deux protagonistes de l’anecdote, ce sont deux femmes qui se posent en défenseur de la coutume, les deux sont mariées et sont parties vivre avec un Chinois à la ville. Donc finalement, tout en défendant la coutume, elles ont suivi l’enseignement chinois (mariage, départ du lac). Les grands-mères sont très inquiètes de cette situation, elles parlent de changement de société et évoquent la déliquescence du tissu social.

Discussion.

Michel Bozon. Vous avez l’air de dire qu’on passe de l’allusif métaphorique à l’explicite totalement explicite, qui emploie le « langage du crime » – comme disait Sade, « n’accouverez pas d’une gaze la vertu ». Mais moi, j’ai l’impression que l’allusif et l’explicite voisinent toujours, en permanence, évidemment c’est beaucoup plus nette au 18e siècle. Il y a des expressions qui sont les mêmes, l’idéologie de genre n’est pas sensiblement différente, même en employant un langage métaphorique. J’ai un petit doute avec l’argument central.

MR. J’ai juste remarqué une co-présence dans ces ouvrages qui me paraît être un signe distinctif entre d’une part la rusticité (ce sont des scènes rustiques, ce qui n’est plus du tout le cas avec les scènes satyrique), une certaine représentation du partage – une certaine présentation – et un langage qui est plutôt dans une dominante métaphorique du traitement de la scène sexuelle. Il y a un faisceau de traits qui caractérisent ces ouvrages (folâtres) alors que ces traits vont être remplacés par d’autres dans les ouvrages satyriques. Les thématiques mettent alors plus en scène la violence de la scène sexuelle et la domination voire la dégradation de la femme.

Je ne déduis pas que le langage entraîne une modification des rapports de genre, mais c’est un constat frappant : pourquoi l’arrivée du langage obscène s’accompagne d’une dégradation du féminin ?

MB. Les infortunes de la vertu de Sage est écrit en genre métaphorique et on ne peut pas dire que la situation est bonne pour la femme. Ce n’est pas la métaphore qui protège.

LM. L’impression que j’ai eu, je me trompe peut-être, c’est qu’il y a une présence plus forte de la métonymie dans les textes satyriques. La femme est représentée comme « con ». Je fais cette remarque parce que je me demandais si c’était autant le cas dans les textes gaillard.

MR. Je suis d’accord, cette focalisation sur le con dans ce qu’il peut voir d’inquiétant et de repoussant me paraît émerger là dans les recueils satyriques.

LM. Pour l’histoire de la métaphore, « con » est un terme métaphorique au départ.

Salle. Je n’ai pas lu d’ouvrages satyriques du 17e, mais j’ai eu l’impression que la femme était le con, l’homme était le pénis. Qu’en est-il de la poitrine ?

MR. Il y a une ellipse des représentations verbales sur cette partie du corps. La poitrine continue à exister dans les poésies galantes.

LM [A Pascale-Marie Milan]. Tu as vaguement évoqué les comportements que l’on pourrait considérer en tant qu’occidentaux comme comportements homosexuels. Pourrais-tu développer ?

PMM. Je vais partir d’une petite histoire. Je vivais dans une famille, la femme chef de la famille, je l’appelais « sœur ». Elle nous invite à dormir dans leur hôtel. Il y a des attentions, des gestes, de l’affection, on dort finalement toutes dans la même pièce. Par contre j’ai rencontré dans un village très reculé un jeune garçon aux manières très efféminées. Je n’ai pas pu aborder la question avec lui. Je me souviens d’une jeune fille Moso qui est allée en Italie, elle s’est retrouvée en face de deux filles qui s’embrassaient et ça ne faisait pas du tout sens pour elle.

Nicolas Faynot: Qui sont les touristes ? Y a-t-il des préjugés concernant la sexualité que les Moso ont sur les Huan ?

PMM. 95 % de chinois, 4 % d’Asiatiques et 1 % de touristes occidentaux. On est dans une société de loisirs chinois autour de voyages organisés.

Pour les Moso s’il n’y a pas de sentiments, il ne peut plus y avoir de relation.

Certaines pratiques qui sont faites en Occident ne sont pas faites chez eux, comme les pratiques bucco-génitales.

MB. J’ai déjà beaucoup lu sur les Moso. Mes questions seraient sur la société Moso et sur le tourisme.

  • Sur la société Moso, est-ce qu’on peut dire qu’il y a un vrai déclin des maisonnées matrilocales ? Est-ce qu’on peut dire qu’il y a une tendance des filles et de leurs frères, qui sont le pilier de ses maisons, à vouloir se fixer ailleurs ? Cela représenterait un changement fondamental parce que dans la Thaïlande, décrite par Sébastien Roux, les filles n’ont aucune ambition de migration. Elles veulent rester de bonnes filles tout en continuant à gagner de l’argent pour leurs familles, en respectant leurs obligations. Y aurait-il ce mouvement chez les Moso ? Ceci signalerait le début de la fin du système : quand les filles se mettent à migrer.

  • Signification de la « sociabilité sexuelle » ? Ou des « économies morales de la sexualité » ? S’échangent-ils des choses à court terme ou est-ce qu’il s’agit d’aspirations à des relations plus durables (recherche d’un mariage ou d’une relation non de mariage mais d’une relation à distance, relation de visite adaptée ente Huan et Moso) ?

PMM. Pour répondre à la première question, le mariage a existé (les nobles). Tout le monde n’est pas d’accord sur le sujet : certains disent que la matrilinéarité est récente, d’autres qu’elle a toujours existé chez les Moso. Si à un moment donné, je me suis intéressée à cette coutume, c’est parce que tout le monde en parle. Les grands-mères le constatent : leurs filles ne sont plus à la maison, elles partent habiter à la ville. Il y a un désir concret à un meilleur accès aux soins, à l’éducation, etc.

  • Relations éphémères avec les touristes : se passent mal. Les touristes peuvent être violents. Effets de domination, relations éphémères économiques.

  • Relations durables qui s’instaurent : cela peut aboutir au mariage ou une relation de long terme mais à distance.

Salle. En sciences sociales, on dit que l’amour et l’homosexualité sont des constructions sociales. Est-ce que l’homosexualité est un tabou ou n’existe pas ? Dans ces cas là, qu’est-ce que ça veut dire sur l’homosexualité ? Qu’est-ce que le sentiment ?

PMM. L’anthropologie se base sur l’ethnographie, ce qui est très lié à l’observateur. L’hétérosexualité est liée à leur univers magico-religieux. Le sentiment amoureux tel qu’on peut le concevoir n’existe pas chez eux. Mais ils ont un terme qui dit « on s’entend bien ».

MB. C’est « se plaire ». Il faut faire très attention à l’emploi d’un mot. Quand on a arrêté de se plaire, il faut arrêter. La jalousie c’est ridicule, c’est très mal vu.

PMM. Tout le monde se moquerait. Parfois ça existe tout de même, mais clairement, le plus important c’est la nécessité de se plaire. L’idée de se plaire. Moi j’ai été visitée à plusieurs reprises et les femmes m’ont dit « bah pourquoi t’acceptes pas ? ». Bah, je sais pas, « ils me plaisent pas ». Elles considéraient que ce n’était pas grave parce que ça me permettrait d’avoir des enfants. [Question sur les maladies]. En Chine, il y a très peu de prévention sur le sida. Il y a beaucoup d’hommes chinois qui cherchent à avoir des relations sexuelles avec des minoritaires. Il y a énormément de maladies vénériennes, notamment le problème du sida. On n’en parle pas, il n’y a aucune statistique mais clairement il y a des Moso qui ont le sida. Ils font des blagues sur le sujet.

Maxime Triquenaux : question sur la représentation de la sexualité des Moso, sur l’exemple donné sur la représentation verbale. « Aller marcher un petit peu » pour aller aux toilettes et « marcher longtemps » pour avoir des relations sexuelles. Cela veut-il dire qu’il y a un continuum ? Est-ce que cela veut dire que c’est sale, que c’est impur ?

PMM. On est sur la question de l’impur car cela touche les organes génitaux. Notamment, le sexe est lié à toutes ces problématiques. C’est surtout une métaphore qui m’a été donné en explication.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *