Genre et sexualités (3): intervention d’Anne Verjus sur les pratiques sexuelles transgressives des normes de genre

Suite au colloque “Genre et sexualités” ayant eu lieu en décembre 2014 et organisé par GenERe, nous publions ici un compte-rendu des interventions.

Anne Verjus (Triangle, UMR 5206, Sciences politiques) : Des pratiques sexuelles transgressives des normes de genre : oui mais de quelles normes ?

« Chevillage » ou « pegguy » = sodomie réceptive chez les hommes hétérosexuels. Est-ce que la transgression des normes de genre fait bouger les lignes du genre : est-ce que le fait de ne pas avoir des pratiques sexuelles dites « viriles » va changer les normes de genre ?

Dans l’idée, on pourrait penser que la sodomie réceptive libérerait de l’oppression du genre. Chacun pourrait apprendre à donner et recevoir du plaisir. La norme serait du côté d’un effacement des frontières de genre. Un geste ne devrait pas avoir idéalement de signification.

On a plusieurs blocages, notamment sur le discours. Les hommes ne veulent pas parler de cette pratique. On peut se référer aux forums spécialisés. Il faut alors avoir les bons mots clés. Sur les forums, on peut noter un vocabulaire de la culpabilité, de la honte. On craint la sodomie réceptive pour son côté performatif (après, les hommes craignent de devenir « homos »). Il s’agirait d’une pratique à fort risque identitaire. Elle risque de mettre au jour un goût suspect associé à un manque de virilité au risque d’une révélation de soi.

Le terrain est pour l’instant exploratoire : l’enquête commence et seulement des pistes sont présentées. Il s’agit de deux entretiens avec des hommes (autour de deux heures) :

  • Anthony : célibataire deux enfants, 44 ans, divorcé, classe moyenne (professeur du secondaire)

  • Damien : 24 ans, en couple depuis peu, classe moyenne (start-up informatique).

Tous deux se définissent comme hétérosexuel tout en ayant eu des rapports avec des hommes homo ou hétéros.

Qu’est-ce le « pegging » ?

Mot « pegging » très récent, 2001 (fait de faire rentrer un clou ou une cheville dans un trou). Il n’y a pas d’équivalent français, pour autant on retrouve des descriptions de la pratique. Les éditions La musardine publient des manuels comme Aimer la sodomie. La couverture est une sodomie pratiquée sur une femme : c’est l’homme qui pénètre sa partenaire. Mais à l’intérieur du livre, dès les premières pages de l’introduction, l’auteure regrette que la sodomie réceptive soit un signe d’homosexualité refoulée chez l’homme hétéro ou chez la femme un « sacrifice d’amour ». Pour elle, la sodomie réceptive a quelque chose d’hermaphrodite qui contrevient aux normes de genre : « c’est l’orgasme … ». Elle met en avant les blocages et les pratiques en solitaire (c’est de l’ordre des représentations : elle ne donne ni chiffre ni entretien, elle ne donne aucune source).

Pour affiner les données, on peut trouver des traces sur les forums, mais ils sont très difficiles à trouver : il faut connaître le mot pegging ou le nom du forum spécialisé « partage des sens » (sur le gode ceinture), sinon on n’en trouve trace que sur Doctissimo. On retrouve sur ces forums les idées de perversion, de secrets, … mais aussi des réassurances sur sa propre (« je précise, je suis hétéro mais est-ce important »). C’est une pratique redoutée pour ce qu’elle pourrait révéler d’une homosexualité refoulée : on la craint pour son côté potentiellement performatif. Les enquêtes sur la sexualité ne renseignent rien, les questions ne demandant pas si la sodomie est donnée ou reçue.

La pratique est ainsi présentée comme :

  1. Une réciprocité ;

  2. Un fort risque identitaire (aussi chez les compagne : risque que l’homme se découvre homosexuel et la quitte).

Que tirer des entretiens ?

Leurs pratiques dépassent ceux des hétéros ordinaires : ils ont aussi eu des relations avec des hommes homos et hétéros. L’un deux avait des pratiques très hétéroclites et s’est d’emblée défini comme pansexuel. Ils ont tous les deux dit avoir eu au moins une cinquantaine de partenaires.

Pour Damien, le sexe anal est au centre de ses pratiques sexuelles (revient surtout sur la taille des objets). Il met en avant le goût de la domination, ce qui justifie pour lui la non-importance du sexe de son partenaire. Il considère le plaisir sexuel comme essentiel à son équilibre, il a beaucoup économisé pour.

Anthony commence la sodomie réceptive avec une femme et très tardivement. Il dit qu’il a quelques blocages à la première expérience plus tôt dans sa vie (« avec un doigt ou deux ») mais les abandonnent pour le plaisir. Bien plus tard (44 ans), il essaye vraiment la sodomie réceptive : ce qui lui a plu, c’est la situation, l’excitation de sa compagne, partager cette expérience. Il connaît des expériences avec un homme hétéro et des hommes homosexuels : pratique la fellation, une seule fois il se fait pénétrer, il dit s’être senti faire la femme sans que ça ne l’ait dérangé. Ce ne sont pas des expériences de curiosité : il affirme son goût pour donner des fellations. La domination n’est pas absente (quand il fait une fellation, il a l’impression d’avoir le pouvoir sur l’homme).

La pratique n’a pas d’implication sur la définition de l’identité

Damien, parce qu’il est attiré par les trans (+ futunari, furry), s’est demandé s’il n’avait pas envie d’être une femme, mais n’en déduit rien. Dit que pour avoir une relation complète, il a besoin d’être avec une femme. Pour lui, le geste n’est pas performatif : il se définit idéalement comme pansexuel, mais dit n’être pas complet sans une femme.

Anthony se définit hétéro, dit qu’il ne veut pas renouveler son expérience dans un sauna gay, même si ça ne lui a pas déplu. Il n’a pas eu une révélation : il conclut qu’il est hétéro, sans doute avec une attirance pour les hommes.

[Foucault sur les plaisir : moins d’identification à l’œuvre => distinction plaisir/désir]

A partir de quels critères se définissent-ils comme hétérosexuels ?

Pour Anthony, son hétérosexualité se définit par la tendresse et l’émotion (ce sont seulement les femmes qui le bouleversent). Pour Damien, on retrouve le même registre : la spécificité de sa sexualité (rapport de domination ou massage du pénis) ne peut être pratiquée que dans la relation amoureuse.

Pas de performativité de la pratique sexuelle sur son orientation ou son genre.

Pistes de prolongement

Comparaison avec les femmes qui pratiquent la sodomie sur un homme, et les hommes homosexuels.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *