Genre et sexualités (4): Isabelle Clair. « Les conflits conjugaux à travers la jalousie »

Isabelle Clair. Les conflits conjugaux à travers la jalousie.

Enquête en milieu rural entre 2008 et 2011 auprès de jeunes entre 15 et 20 ans : entrée dans la sexualité et la conjugalité hétérosexuelle. Le conflit sur la jalousie est le conflit principal, le plus explicité dans les entretiens. Il est intéressant car il mêke la sexualité, les sentiments, et permet une explicitation des normes et des interdits.

La classe sociale n’est pas centrale dans cette présentation mais il faut garder à l’esprit que le milieu principal est populaire et rural. Deux types de rapports de pouvoir organisant la vie amoureuse des jeunes :

  • Le rapport de pouvoir conjugal

  • La rapport de pouvoir structurel par le genre

  1. Rapport de pouvoir conjugal, propre à la dyade amoureuse

La sexualité fonde et garantit les frontières du couple. Ils s’agit de :

  • Couples naissants

  • Couples composés de personnes jeunes et inexpérimentés.

Ce sont des couples qui ne s’appuient que sur la sexualité et des sentiments : pas d’union officielle, ils n’ont pas de logement commun ou d’enfants. La sexualité est une des « foundation building activities » (selon l’expression de Michel Bozon).

La jalousie occupe une très grande place dans la construction conjugale. Elle délimite le lien qui unit les partenaires. Il apparaît très clairement que le conflit sur la jalousie n’est pas un conflit accidentel du couple, y compris quand son expression est exubérante. Ce n’est pas un symptôme de rupture.

La dramatisation de ces scènes fait partie de leur normalité : la jalousie est fréquente, explosive et parfois publique. C’est la thèse fondamentale du texte de Simmel sur le conflit : on s’unit pour combattre et on se combat pour se soumettre.

Deux pôles :

  • Conflit ludique (Simmel) : conflit qui n’a d’autre fin que lui-même. Les jeunes reconnaissent souvent que les disputes n’étaient pas fondées sur grand chose (« c’était des disputes ‘bidon’ »). Le conflit apparaît comme un prétexte pour rappeler la règle. Ils éprouvent du plaisir à combattre mais aussi à rendre visible un lien, un lien unique qui les sépare des autres.

  • Conflit anxieux. Anxiété masculine et adultère. Le conflit anxieux n’est pas exclusif du conflit ludique. Les conflits ne sont pas toujours ou pas seulement bidons : peur et besoin de savoir ce que fait et pense l’autre. Le plaisir est donc proche de celui de rappeler à l’autre qu’on l’aime ou qu’on est aimé  On teste alors l’emprise réciproque.

Le conflit sur la jalousie est attendu, il fait partie de la relation amoureuse, il ressert le lien mais dans le même temps, il fait peur. La dimension de l’emprise paranoïaque est très présente et systématiquement problématisée en termes d’appropriation d’un point de vue des rapports de sexe : la femme est considérée comme la propriété de l’homme.

Mais cette asymétrie ne peut pas tout expliquer, particulièrement dans le cas de couples de jeunes pour qui la norme de l’égalité est recherchée. Les filles enquêtées sont plus diplômées, prennent la pilule, elles peuvent rompre, elles ont des ressources pour se défendre et exercer des formes d’appropriation.

Michel Bozon : l’amour est un ensemble de relations où les partenaires s’abandonnent et donc les rapports de sexe sont modifiés. En se livrant, ils obligent l’autre à se livrer à son tour, c’est là que se loge le pouvoir. Cette dynamique paradoxale fonde le lien. « Le plaisir d’amour est en partie une jouissance d’emprise ». Il y a une légitimité de rendre des comptes au nom de la réciprocité. Les crises de jalousie sont des moments de rappel à l’ordre conjugal.

  1. Rapport de pouvoir structurel par le genre : rapports de sexe et des sexualité

SI le conflit ludique semble revêtir une dimension rituelle partagée de façon assez similaire entre les filles et les garçons, le conflit anxieux suit une division sexuée de l’expérience amoureuse.

Les filles sont du côté du sentiment et les garçons sont du côté de la sexualité.

La dynamique à l’œuvre n’est plus alors la réciprocité conjugale mais des fonctionnements genrés en miroir. Ils se donnent à voir sous au moins deux formes :

  • Pour les filles, ce qui est incertain est la sincérité amoureuse de leurs partenaires tandis que pour les hommes c’est leur engagement sexuel

  • Crises de jalousie différenciées entre femmes et hommes

Contenu du conflit :

  • Pour les garçons : peur que toutes les filles soient des putes. Toujours soupçonnées de les mettre en difficulté sexuellement, de les comparer à d’autres et de jouer de leur séduction.

  • Pour les filles : peur que les garçons ne les aiment pas. Avares de mots doux, les garçons sont suspectés d’utiliser les sentiments à des fins instrumentales.

Les filles disent aimer la jalousie même si celle-ci les limite dans les déplacements. Elles ne peuvent aller dans des fêtes ou en boîte, etc.

On observe un lien très fort entre la jalousie du garçon et l’amour de la fille : la fille se dit plus amoureuse quand son copain est jaloux.

Lorsque les filles parlent de jalousie, elles parlent aussi de sexualité. Elles parlent surtout de sexualité dans l’entre soi féminin. Quand elles parlent du conflit sur la jalousie, elles parlent de sexualité. Les filles attendent qu’ils aient des sentiments mais aussi qu’ils soient des « vrais mecs ». Le conflit sur la jalousie permet à chaque sexe de dire quelque chose indirectement selon des modalités convenables. Les garçons évoquent leur tempérament impétueux et leur disponibilité à en découdre en cas de rival. Le discours sur la jalousie s’intègre à leur identification à une catégorie de genre.

Discussion 

Michel Bozon [à Anne Verjus]. Question à propos de la distinction entre désir/ plaisir : multiplication des plaisirs qui ne défissent pas qui l’on est (Foucault). La question de l’autodéfinition n’a peut-être par un sens énorme pour eux. Ce n’est peut-être pas une question de définition de soi. C’est la stimulation d’un organe particulier (la prostate), tout le monde n’a pas cette connaissance. Pourquoi veulent-ils que ce soit avec des femmes et non avec des hommes ?

Maxime Triquenaux. Question sur l’utilisation du terme de « sodomie réceptive ». Est-ce que les hommes qui pratiquent le chevillage qui utilisent ce terme ? Je m’interroge par rapport à l’opposition actif/passif.

Anne Verjus. Au début, je parlais de sodomie passive, or « passif » est trop connoté. Dans les travaux, on parle davantage d’ « insertif » et de « réceptif ». C’était par volonté de ne pas tomber dans ces clichés. Effet de mode, circulation des savoirs sur ce que disait Michel Bozon : c’est un plaisir, ça ne vous transforme pas en homosexuel. Je pense aussi que c’est un phénomène générationnel.

Michèle Rossini. Quand on lit des récits de prostitués, elles utilisent ce savoir sans même que les clients ne leur demandent. C’est un facteur d’accélération de la passe (donc avantage économique).

AV. Là, ça mériterait une enquête auprès des prostitués en question. J’ai aussi fait une enquête auprès des femmes, j’en ai une qui me dit que dans sa longue carrière hétérosexuelle, elle n’en a rencontré qu’un. Elle a surtout rencontré du dégoût.

MMP. Je me souviens d’un camarade en STAPS qui avait fait un travail sur les pratiques homosexuelles dans des centres sportifs. Il avait ce lien entre pratiques homosexuelles et définition de soi comme non homosexuel.

MB [A Isabelle Clair] Quand tu dis que les féministes pensent comme les psys que les femmes sont plus jalouses, tu es un peu rapide.

Isabelle Clair. Non, les féministes tendance psy.

MB. La critique par les féministes du comportement contrôleur des hommes fait partie des éléments qui définissent une « violence de genre ». La « violence de genre », dans la théorie des années 1970, ramènent les femmes à leur statut inférieur de genre. Il y a toute une série de manifestations qui vont dans ce sens. Ce n’est jamais la jalousie toute seule. Le comportement contrôleur va au-delà de la jalousie : on empêche de voir ses amis, etc.

J’ai l’impression que pendant un moment tu définis un modèle du bon conflit avec échange : ils se crient dessus mais ça fait avancer les choses. C’est sans doute pas ça que tu voulais dire parce que je voulais quand même mentionner un autre type de conflit, avec de la jalousie qui tourne court parce que l’une des actrices insistent pour communiquer et parler et l’autre se tait. Ce qui est un grand modèle. Ce n’est pas l’un et l’autre qui se balancent des choses. Elle est pénétrée par une injonction à la communication et l’autre qui sent qu’il n’a pas intérêt à parler ou qui veut préserver une autonomie en ne parlant pas. Il y a aussi dans le fonctionnement discursif, au-delà des intérêts de chacun à communiquer, une différence dans la manière de communiquer. Ils ne communiquent pas de la même façon et avec le même intérêt.

IC. Juste le premier point, vite fait. C’est un des problèmes de la communication que je fais aujourd’hui. J’ai repris mon matériau en entrant dans la jalousie. J’aimerais pouvoir y travailler en le situant dans un ensemble plus large de comportements qui dépassent la crise de jalousie. C’est une façon d’entrer dans la question. Ca crée pas mal d’angles morts. J’entends ce que tu dis sur une division sexuée du discours, du discours amoureux/conjugal. C’est vrai. Mais je trouve qu’il y a des vrais divisions sexuées sur plein de choses chez les jeunes, c’est pour ça qu’il faut que le resitue dans un ensemble plus large, mais quand j’extrais de mon matériau tout ce qui est central sur la jalousie, il y a quelque chose des deux côtés. Mais cela a sûrement à voir avec la jeunesse.

MB. Et les couples naissants.

IC. Oui, ça va ensemble.

Cécile Thomé: Justement, je voulais savoir si vous aviez des résultats pour d’autres groupes (d’âges, sociaux), mais je ne pense pas que vous ayez de données pour comparer.

IC. Non des vieux je n’en ai pas, je m’arrête à 20 ans. Et ensuite, j’ai d’autres groupes sociaux. Sur la jalousie, il faudrait affiner.

Salle. Est-ce que les filles ont une idée de ce qui est susceptible de motiver la jalousie de leurs partenaires, autre que le fait que le partenaire tienne à elles ?

IC. Alors, ce dont les gens ont conscience. C’est un peu comme… La conscience et la violence, c’est compliqué. Pas mal de filles me décrivent des comportements de contrôle de la part de leurs copains, sur les sorties, etc. C’est intéressant car les deux ont un discours du type « je vois pas pourquoi elles/ils auraient plus de droit que moi ». Les discours sur le droit et l’égalité sont très forts. J’ai demandé régulièrement, dans ces moments-là, mais tu penses que c’est parce que c’est un garçon ? Elles répondent que ça n’a rien à voir. Elles considèrent que l’asymétrie est due au couple mais non au genre. Il peut y avoir d’autres moments : rapports sexuels, conflits au sein de la famille qui sont organisés par le genre. Mais sur la jalousie il faut que j’y revienne.

Salle. Vous avez mentionné des différences entre filles et garçons : le niveau d’étude est plus élevé pour les filles notamment. Voyez-vous des différences ? Pensez-vous qu’il y aurait une jalousie qui ne serait pas en fait liée à la sexualité mais plus au positionnement scolaire d’un des partenaires.

IC. Alors, je réfléchis. Quand je dis scolarité plus longue, ça ne veut pas dire bac+6. Elles ont souvent des CAP ou des bacs pro. Par ailleurs, notamment en milieu rural, ceux qui étaient en emploi étaient souvent dans le bâtiment. La crise de 2008 a changé leur rapport à l’emploi. Ces garçons sont peu diplômés, ont peu de ressources scolaires mais ont du travail. Elles, si elles sont plus diplômées, elles se retrouvent souvent dans des emplois de service très peu qualifiés. Souvent, les garçons des classes populaires sont très fiers des filles qui ont des diplômes, que ce soit leurs sœurs ou leurs copines. Après, cela peut jouer plus tard, pour le partage des tâches domestiques par exemple.

Salle. Tu es passée vite sur la question de l’appropriation des femmes par les hommes, tout en disant que ce n’était pas simplement d’une logique de genre, mais tu as parlé également de la jeunesse de ces couples (âge des personnes et durée du couple). Que veux-tu dire exactement ?

IC. Je me référais à la problématisation de Colette Guillaumin notamment, cette idée que les femmes sont appropriées par les hommes. Il s’agit d’un rapport de pouvoir en partie autonome. Cela me semble très important. La critique est plus proche de ce que dit Foucault sur le pouvoir : ce n’est pas juste quelqu’un qui possède l’autre. C’est très intéressant dans le cas du couple : idée de réciprocité, d’emprise mutuelle. C’est quelque chose de très éclairant. Quand je replonge dans mon matériau, cela saute aux yeux en permanence. Dans mon journal de terrain, partout j’écrivais le « couple prison ». Parce que ce truc de l’emprisonnement est très fort. Mais voilà, l’appropriation permet des choses, elle permet de voir le sexage, de mettre au jour des choses très fortes. Mais sur la dynamique conjugale à proprement parler, ça écrase.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *