Compte-rendu de la journée « Ouvrières, ouvriers » à l’ENS de Lyon

Par Vincent BOLLENOT, Paul BROCART et Irène GIMENEZ

Le 23 janvier 2014, s’est tenu à l’Ecole Normale Supérieur de Lyon une journée d’étude, «Ouvrières, ouvriers», organisée par l’équipe Genre et Société du laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LAHRHA) et le comité de rédaction de CLIO Femmes, Genre, Histoire, en lien avec la parution du numéro 38 de la revue. Le matin, les rédacteurs présents ont présenté les articles et expliqué leur démarche et leur situation historiographique. L’après midi a été consacrée à une intervention de Michelle Zancarini-Fournel (« Les Reines du travail stéphanoises et villeurbannaises : du renversement des rôles de genre au conformisme moral (fin XIXe – années 1930) »), puis à celle de Mirta Zaida Lobato (« Beauté féminine, travail et politique sous le péronisme »). Enfin, Anne Monjaret a discuté de ces deux interventions, réinterrogeant du point de vue de l’ethnographie et de l’interdisciplinarité le titre de l’après-midi : « les reines du travail : variations d’un rite dans l’espace et dans le temps ».

Des reines des blanchisseuses aux reines du travail: du renversement des rôles de genre au conformisme moral (fin XIXe – années 1930)

Michelle Zancarini-Fournel est professeur d’histoire contemporaine à l’université Lyon 1, chercheuse en histoire du genre et des mouvements sociaux au LARHRA, et codirige la revue CLIO, Histoire, femmes et société.

Approche et problèmes méthodologiques

L’intervention a pour but de relire du point de vue de l’histoire politique des comportements déjà étudiés par l’anthropologie historique et l’histoire culturelle. Pour se faire est adopté un jeu d’échelles à partir d’un terrain local. Les méthodes de la micro histoire, visent à se focaliser sur une conjoncture et un espace spécifique (ici Saint Etienne et Villeurbanne) pour ouvrir ensuite sur des réalités plus vastes. L’étude se propose d’accorder une place importante aux discours tenus par les protagonistes (les blanchisseuses elles même mais aussi les autorités, la presse, etc.) pour en déduire les représentations existant alors. Le rituel des « reines » n’a pas encore fait histoire : la recherche dans les archives a été peu fructueuse jusqu’à présent puisque l’on n’y rencontre que des textes procédant à la réglementation des périodes carnavalesques. Si l’on peut trouver des mentions de ce rituel dans d’anciens textes de chroniqueurs, la source la plus riche demeure celle fournie par les témoignages directs, récoltés en 1985.

Les fêtes de la mi-carême

Il s’agira donc de procéder à l’analyse des fêtes de Mi Carême et de l’élection de la reine des blanchisseuses qui s’y déroulait chaque année, à Saint Etienne (et tout particulièrement les blanchisseuses du Quartier du Soleil) : ce moment marquant un répit dans l’abstinence prescrite par le calendrier chrétien était l’occasion de se déguiser, se travestir, et de donner un bal, s’inscrivant dans le cadre d’une fête corporative et de quartier. Trois jours de réjouissances populaires rompent l’austérité du Carême, réjouissances dont les blanchisseuses sont les héroïnes. La reine des blanchisseuses s’impose comme une figure centrale de ces fêtes, représentante de ses compagnonnes de labeur, élue par ces dernières dans chaque lavoir : il s’agit pour les femmes d’une des rares occasions de voter avant 1945.

Les blanchisseuses, groupe professionnel issu de la « tyrannie du linge »

La « Tyrannie du linge » qui se développe au XIXe amène à la formation de structures professionnelles relatives au textile, permettant de répondre à la demande considérable d’entretien du linge, proposant leurs propres solidarités et fonctionnements. Ainsi des blanchisseuses travaillant au lavoir sous la direction d’un buandier. La profession répond à une organisation sous forme de corporation : la Chambre des blanchisseuses. Il convient de souligner qu’il s’agit d’un groupe professionnel féminin spécifique auquel est attachée la réputation de femmes fortes, à la langue bien pendue, égrenant ragots, chansons et plaisanteries gaillardes. Celles ci procèdent du lundi au jeudi au nettoyage du linge, pour livrer ensuite celui ci à ses propriétaires dans les deux jours qui suivent. Il ne s’agit pas de la seule forme de cette activité, seulement les blanchisseuses non professionnelles s’occupent de l’entretien du linge familial. Au sein du quartier ouvrier, le lavoir est un lieu de solidarité et d’échange social. A l’usage privé de la lessiveuse répond la construction de quatre lavoirs modernes à Saint Etienne.

« Cette semaine des femmes où on prenait la cuite »

Les témoignages d’anciennes blanchisseuses spécifient bien la fête de la mi-carême comme fête de renversement carnavalesque des genres, dont l’un des ressorts est le travestissement. « Cette semaine des femmes ou on prenait la cuite », évoque une ancienne blanchisseuse en 1985 : lors de cette fête dionysiaque, on porte les bleus de travail sales que l’on devra laver plus tard. Il s’agit alors d’inverser provisoirement les régimes de genre à l’oeuvre. L’on procède également à l’élection d’une reine et à une quête du vin dans le quartier : le lieu de travail devient lieu de ripaille, puis le groupe se déplace vers le centre ville en véritable procession carnavalesque, la cavalcade marquant l’acmé du rituel, avec l’élection de la reine. Au soir du troisième jour, un bal est donné. Le défilé qui se rend dans la salle de conférence municipale se voit remettre des médailles, décernées à la reine et à ses demoiselles d’honneur. Une des particularités fondamentales de cette pratique réside dans le rôle de représentation de la reine des blanchisseuses, qui la différencie de figures féminines désignées, choisies selon des critères de beauté ou de vertu telles que la rosière ou la miss. : élue par ses camarades, elle représente ce groupe social et ouvrier.

Au tournant entre le XIXe et le XXe siècle, la cérémonie est récupérée à Paris par les commerçants des Halles, qui en modifient les implications politiques. Si l’on procède encore à l’élection d’une reine des corporations qui attire les foules, la fête est devenue commerciale et touristique : le choix de la reine n’émane plus du groupe social des blanchisseuses mais est désignée par les commerçants. Elle est ensuite confirmée par des notables dont le principal critère est la beauté. En marge du char officiel qui porte cette reine désignée, les blanchisseuses peuvent se manifester dans des contre processions : en 1901, elles seront montées sur le char des progrès du féminisme.

Si cette célébration de la Mi Carême est peu à peu récupérée par d’autres groupes sociaux et investit d’autres espaces géographiques, elle n’en demeure pas moins célébrée au niveau local : les deux formes cohabitent et s’hybrident, avant que la forme officielle ne disparaisse avec la Grande Guerre. Le 21 février 1910, les stéphanoises élisent en effet encore leur reine. Il s’agit cette fois d’une échelle sociale différente : l’élue est représentante de toutes les corporations, elle est la reine des reines stéphanoises, incarnant le commerce, ses demoiselles d’honneur étant la reine des blanchisseuses, et la reine des rubans. Les pratiques carnavalesque ont perduré dans les quartiers plus longtemps que la fête officielle, qui ne survit par à la Grande Guerre.

De la Muse du Peuple à la Reine du Travail

La Fête de la muse du peuple, entretenue avant 1914, propose une autre variation sur l’instauration d’une figure féminine allégorique, allégorie érigée ici à la gloire du travail. Les ouvrières stéphanoises participent à l’élection de la muse du peuple, choisie selon des critères de moralité et de beauté. Elle tend ainsi à incarner le peuple travailleur et vertueux, et à se constituer en inverse laïque des rosières. Ici, la fête est déplacée dans le temps : le 14 juillet, déplacement qui marque son inscription dans le calendrier républicain, sa désolidarisation du calendrier chrétien. La fête, « récupérée », est canalisée par la municipalité socialiste: il s’agit d’unir travailleurs citoyens dans une fête populaire et laïque. La Fête de la Muse du peuple est célébrée en 1900, 1902, 1906, 1907. Les réseaux du socialisme municipal diffusent cette figure : elle devient majeure.

Comment ce glissement de la figure de la muse du peuple à la reine du travail, s’opère-t-il dans l’entre deux guerre ? La fin du XIXe est marquée par construction de bourses du travail, de palais dédiés à celui ci, de nouvelles formes de militantisme et de sociabilité se trouvent ainsi inscrites dans l’espace urbain. Les réseaux de municipalités socialistes évoqués plus haut cherchent des expériences et des savoirs faire dans toute l’Europe. Ainsi, la volonté d’améliorer les conditions de vie des travailleurs affichée par la municipalité de Roubaix en 1922 trouve un écho en 1924, à Villeurbanne. L’association de la valeur travail à l’hygiénisme, et à l’éducation amène la mairie à entreprendre la construction d’un « temple de la foi laïque » selon les termes de Lazare Goujon : ce sera le palais du Travail. La célébration de la fête du printemps, en mai 1928, pour la pose de la première pierre, illustre la « récupération » par les municipalités des formes festives populaires (notamment leurs processions et élections) : la cavalcade est en effet menée par une reine de travail. L’on désigne ensuite par concours de la première ouvrière de la ville (qui est donc dissociée de la reine) selon des critères variés : durée du temps de travail (37 ans pour l’ouvrière élue en 1928), nombre d’enfants (5 enfants pour la précédente), état marital (les veuves étant favorisées). Un grand bal clôt la journée. On retrouve donc des éléments de la fête de la mi-carême et de la fête de la muse du peuple dans cette orchestration festive municipale. La Reine du travail n’est plus élue par ses camarades mais après suffrage indirect : ce sont les reines des corporations qui votent. L’on retrouve là le rôle de représentation attribué à une travailleuse vertueuse, morale. Le Palais du Travail est inauguré en 1934: il s’agit alors de fonder une forme de citoyenneté locale comme régénératrice de l’humanité, et c’est dans le cadre de ce projet politique que sont sélectionnées les reines du travail : l’on insistera encore une fois sur l’inversion du modèle des Rosières (vertu et morales laïcisées s’incarnent dans des figures féminines). Si l’ordre social n’est plus rapporté à Dieu, il subsiste dans l’ordre laïcisé municipal une représentation de genre qui se trouve sémantiquement inversée.

Persistance du carnaval : les codes de genre et leur inversion

Malgré la « récupération » de ces festivités par la municipalité, la fête de la reine des blanchisseuses subsiste sous ses formes populaires. Les manifestations carnavalesques perdurent dans les lavoirs populaires, les fêtes municipales étant tout aussi festives : là encore, on doit souligner le rapport complexe, non excluant, qui unit la formes populaires et formes festives institutionnalisées, rapport de cohabitation et d’hybridation. Cependant, c’est le recours au registre carnavalesque qui marque la scission entre ces deux moments : l’on dissocie la représentation centrale, municipale (figure codée et genrée, rosière laïque), réappropriation officielle qui fait de la transgression des codes de genre un conformisme moral patronné par la municipalité ; des réjouissances des blanchisseuses elle mêmes, dans leurs quartiers, qui procèdent précisément à un renversement carnavalesque des codes de genre sursignifiés par les formes officielles.

Beauté féminine, travail et politique sous le péronisme

Mirta Zaida Lobato, professeur d’histoire à l’université de Buenos Aires, consacre ses recherches au genre des mobilisations sociales et du mouvement ouvrier. Dans ce cadre, elle s’est penchée sur l’élection des « Reines du travail » sous le premier et le second péronisme (1946-1955 / 1973-1975), à partir de photographies et d’articles publiés dans la presse écrite et de dépêches cinématographiques d’informations entreposées aux Archives Générales de la Nation, d’archives privées, et d’entretiens qu’elle a mené entre 2003 et 2005. Dans l’historiographie, le péronisme a essentiellement été étudié du point de vue de l’histoire politique et institutionnelle, mais son histoire culturelle et sociale a encore été peu écrite.
Le rituel de l’élection des « reines » du travail est greffé par l’Etat péroniste sur le défilé du 1er mai, fête internationale des travailleurs depuis 1890 par les ouvriers eux-mêmes, plus ou moins encadrés par les syndicats (CGT, CNT) voire les partis de gauche. La dimension originelle revendicative et porteuse de lutte sociale est détournée vers une cérémonie de simple hommage aux ouvriers, de célébration de leur identité et de leur travail. La lutte sociale est clairement écartée au profit d’une valorisation de l’unité nationale : les ouvriers ne peuvent pas faire grève et doivent travailler au service de l’Etat, mais obtiennent cette forme de rétribution symbolique.

En 1948, pour la première fois, une « reine du travail » est élue. Ouvrière nécessairement syndicaliste, elle est tout d’abord choisie par ses camarades de section (au niveau local), avant d’être couronnée au niveau national par Eva (puis Isabel) Perón. Contrairement aux discours misérabilistes et conservateurs dominant jusqu’alors selon lesquels le travail dégraderait le corps des femmes, cette manifestation affirme l’idée selon laquelle beauté et travail ne sont pas incompatibles. Une travailleuse peut être belle. Bien plus, la moralité de l’ouvrière est affirmée : une femme travaillant hors de son foyer et avec des hommes n’est plus nécessairement considérée comme une prostituée. L’image de la femme comme seulement dédiée au soin à autrui, telle l’infirmière, est infirmé : elle peut dès lors se vouer à un travail productif qui n’est plus le seul apanage des hommes et de la masculinité.
Cette élection est clairement un moyen de propagande d’Etat non seulement dans le consensus affiché lors du rituel, mais aussi dans les fonctions qui reviennent à la « reine », telles l’encouragement des ouvrières à produire plus et plus vite, pendant féminin au stakhanovisme soviétique et au « champion de la production » argentin. Ce rituel a de
multiples dimensions patriotiques : la fête est organisée par l’Etat, et atteint son point culminant avec l’exhibition d’une femme « belle comme la patrie », qui encouragera à l’effort national.
Pendant le second péronisme, le critère de beauté prends beaucoup plus d’importance dans l’élection, qui perd également le soutien de certains syndicalistes : la puissance symbolique et unificatrice de l’évènement a largement disparu.

Si cette réflexion est stimulante et fait découvrir un rituel qui a suscité peu de travaux à un public français pas forcément familier de l’Argentine, on peut néanmoins regretter qu’il n’ait été contextualisé que du point de vue politique, alors même que le but affiché était de se détacher de cette tradition historiographique, très prégnante en Argentine. Les inspirations esthétiques du rituel ne sont ainsi pas évoquées : les traditions locales ou encore les mises en scènes fascistes ou soviétiques inspirent-elles Juan Domingo Perón ? De plus si la dimension de la domination politique et celle de la construction de nouvelles possibilités de féminité ont été mentionnées, les perspectives intersectionnelles et relationnelles ne sont pas détaillées. En effet, les nouvelles formes de féminité promues par l’Etat ne sont pas dissociables de nouvelles formes de normativité : les « reines » incarnent la « beauté argentine » et sont blanches, elles sont remarquées pour leur seul visage et non pour leur corps, et sont définies par le pouvoir étatique. La réception/relation de ce rituel par/avec les féministes argentines aurait été à approfondir, que ce soit du côté des militantes indépendantes ou de ce qu’il convient d’appeler les « féministes d’Etat », comme celles du Partido Peronista Femenino, fondé par Eva Perón en 1949. Insister sur l’importance d’Eva Perón aurait été d’autant plus important que le soutient populaire dont elle bénéficie et semble porter la fête ne peut pas être récupéré par la troisième femme de Juan Domingo Perón, Isabel, en 1974.

Enfin, la popularité de ce rituel parmi les hommes n’apparaît pas. Cette « reine du travail » est-elle aussi une « reine de tous les travailleurs»?

Les reines du travail : variations d’un rite dans l’espace et dans le temps

Anne Monjaret a ensuite discuté des deux interventions de l’après midi. Ethnologue directrice de recherche au CNRS et à l’EHESS, présidente de la société d’ethnologie française, Anne Monjaret a elle-même soutenu une thèse de doctorat en 1992 sur le thème d’une fête populaire à tendance carnavalesque, la Sainte Catherine, et a travaillé sur des élections de « reines », les « misses » (2005).

L’enjeu, pour l’ethnologue, est de comparer deux formes de sociabilité qui, si elles ont certains points communs (l’élection d’une femme, l’engouement populaire, le rapport au travail…), relèvent de deux contextes historiques étrangers l’un à l’autre : la France du début du siècle et la capitale de l’Argentine dans les années 1950.
Le premier point sur lequel Anne Monjaret rapproche les deux festivités est leur puissance d’identification sociale. Les participantes et les participants se joignent aux festivités avant tout en tant qu’ouvrières et ouvriers. C’est donc le travail et la classe sociale qui sont célébrés. Une bourgeoise ne pourrait ainsi probablement se joindre ni à l’une ni à l’autre des deux fêtes.
Deuxièmement, ces festivités promeuvent des idéaux féminins et donc des normes (ou des « contre-normes ») de genre. En effet, le travail est dans les deux cas vu dans son rapport à la féminité. Les femmes pourraient donc selon ces normes s’accomplir (au moins en partie) dans leur féminité par le travail, travail qui n’a plus comme corolaire la dégradation physique et la laideur. Autre dimension potentiellement émancipatrice, le fait que les femmes votent et élisent leur propre représentante. Cette dimension subversive est toutefois limitée : le travail sensé émanciper étant parfois (la comparaison des deux cas rencontre ses limites…) un salariat aux conditions sociales peu favorables (ainsi, la grève n’est pas permise en Argentine), et le vote ne se réalisant pas dans une perspective citoyenne mais seulement par inversion carnavalesque, par dérision, et ne s’accompagnant pas de revendication au suffrage féminin ni de remise en cause des institutions entravant la liberté. Les subversions et l’émancipation de genre sont donc bien faibles quand elles ne s’accompagnent pas de subversions et d’émancipation sociales et politiques.
Enfin, Anne Monjaret propose une comparaison avec une autre forme d’élection festive de femmes, celle des « misses ». Elle rapproche cette dernière élection des précédentes par l’importance accordée à la beauté de la reine, par la proximité des attributs des reines (diadèmes, robes, etc.), et par le processus d’élection.

Cette comparaison se heurte cependant au regard historique et sociologique et à la remise en considération politique de ces élections. La reprise des abribus des reines du travail par les « misses » suggéreraient un continuum historique là où l’on ne retrouve que la reprise commune des attributs de « la » reine archétypale, dans deux contextes différents. Bien plus, l’élection de « reines du travail » a, me semble-t-il, une dimension symbolique forte : en Argentine, organisée par le pouvoir, l’élection peut être lue comme un moyen de rétribution symbolique des ouvrières, un moyen de construire une nouvelle hiérarchie des normes et des dignités dans laquelle le travail féminin est glorifié. Dans le cas des reines des blanchisseuses, on peut supposer que l’auto-organisation des élections par les blanchisseuses a au moins en partie un but de s’attribuer une dignité et une fierté, alors même que le regard social porté sur elles est plutôt condescendant, surtout, peut-on imaginer, des bourgeoises dont elles lavent le linge. Dans le cadre de l’élection des « misses», on ne peut bien sûr voir aucun phénomène de la sorte, les candidates étant a priori déjà légitimes du fait d’une féminité stéréotypée telle qu’elle est attendue dans ce type d’événement. Enfin, même si on en a souligné plus haut les limites, la fête des reines du travail en France et en Argentine a une dimension subversive du fait de ses inversions genrées voire sociales et politiques. Au contraire, l’élection des « misses » est on ne peut plus conforme à l’ordre établi. Les « misses » sont élues pour leur beauté canonique (dans un rapport de conformité et non de déplacement de ces canons), leurs sourires dociles et leur silence (les organisateurs parlant pour elles). Bien plus, que ce soit à l’échelle locale, nationale ou internationale, les élections des « misses » sont aujourd’hui assujetties au pouvoir des chaînes de télévision et autre sponsors multinationaux peu soucieux de revendiquer quoique ce soit sinon une rentabilité maximum et le maintien de l’ordre qui la permet.

Comparer pour trouver une « essence » commune et comparer à des échelles larges est donc bien sûr un projet ambitieux et utile pour penser le monde de façon plus global. Cette démarche est riche dans un souci d’interdisciplinarité. Mais précisément, ce souci d’interdisciplinarité ne peut être efficace et pertinent que s’il se déploie pleinement. Ainsi les comparaisons ambitieuses ne peuvent se faire de façon anhistorique sous prétexte de trouver cette essence « commune ». De même, la comparaison doit tenir compte des discours. Ici les dimensions politiques sont très différentes entre les trois élections. Enfin, la comparaison ne peut se faire en dehors de toute considération sociologique, de toute considération pour les enjeux symboliques notamment. Or c’est précisément par ces enjeux de rétribution et de légitimation symboliques qu’une « essence » commune aurait pu être trouvée entre les différentes élections de reines du travail.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.