Journée d’étude « Genre, sciences naturelles et médecine »

Le 30 avril 2014 a eu lieu à l’ENS de Lyon la première journée d’étude organisée par GenERe. Elle a été précédée, le 28 avril, par une conférence du médecin Martin Winckler, dont les vidéos sont désormais en ligne. On trouvera ici un compte-rendu de la journée d’étude.

Introduction

Le choix du thème « Genre, sciences naturelles et médecine », pour la première journée d’étude de GenERe s’est rapidement imposé comme une évidence : en effet, les questionnements sur le genre entretiennent une relation particulière avec ceux concernant la santé. Ainsi, il est intéressant de remarquer que le concept de genre fut d’abord utilisé dans les années 1950 dans le milieu médical par des professionnels cherchant à étudier l’écart pouvant exister entre, d’une part, le sexe anatomique et biologique et, d’autre part, les identités sociales féminine et masculine. Le psychiatre Robert Stoller, par exemple, dans ses études sur la transsexualité, utilisa le terme « genre » afin de désigner le désir d’être un homme ou une femme pour les individus ne s’identifiant pas à leur sexe de naissance, indépendamment de leur orientation sexuelle.

Deux distinctions furent ainsi rendues possibles : distinction entre sexe et genre, et distinction entre genre et sexualité. Dès son apparition, le concept de genre circule donc entre différentes disciplines et connaît d’importantes mutations du fait de ces passages. En effet, si ses premières acceptions psychologique et médicale sont descriptives (il s’agit de décrire une différence entre le sexe biologique et les effets de différenciation dans la socialisation) et normatives (ce discours accompagne un travail médical de normalisation dont l’objectif est de mettre en conformité sexe et genre), il devient, dans les études féministes, un outil critique. Le genre vient de fait dénaturaliser la différence et l’inégalité des sexes. Celles-ci deviennent alors susceptibles de changement et, par conséquent, constituent un enjeu politique. Si l’inégalité n’est pas déterminée biologiquement, alors une lutte individuelle et collective contre l’injustice faite aux femmes en tant que femmes est possible.

Ainsi, si l’utilisation de la catégorie de genre renvoie, au moins historiquement, en médecine à un usage descriptif et normatif, il renvoie en sciences humaines et sociales à l’idée que les rôles sexuellement différenciés sont construits socialement. La question qui se pose dès lors est de savoir si un dialogue entre ces catégories médicales et celles des sciences humaines et sociales est possible. C’est ce que cherche à faire notre laboratoire junior, et c’est pourquoi, après la conférence du médecin Martin Winckler avant-hier, vous entendrez aujourd’hui des interventions faites par des chercheurs venant de disciplines aussi variées que  la philosophie, l’anthropologie, l’histoire, la biologie, la sociologie ou encore à nouveau la médecine.

En effet, sciences exactes, médecine, tout comme sociologie, histoire et philosophie ont cherché à comprendre les mécanismes par lesquels le corps serait construit au travers de catégories genrées. Dans ce contexte, les sciences expérimentales ont historiquement participé, par la construction du « naturel », à légitimer les différences des sexes et leur hiérarchisation. Mais certaines recherches issues des études de genre ont contribué à interroger la légitimité du discours naturalisant, hiérarchisant et normatif. La réflexion sur le genre a ainsi cherché à déconstruire le caractère immuable et naturel de cette distinction, et à préciser l’influence des théories scientifiques dans la construction sociale des identités sexuées. Malgré cela, il est indéniable que le discours scientifique (plus que la science) reste invoqué pour justifier une certaine différence des sexes et continue d’être perçu comme une référence indépassable. Ce discours n’est néanmoins pas exempt d’évolutions dans ses classifications. On a par exemple pu constater, dans la définition des sexes chez l’être humain, le glissement de critères purement anatomiques à des critères hormonaux, puis génétiques. Il est intéressant de noter que ces glissements sont concomitants d’une évolution dans les représentations de genre : les catégories scientifiques ne seraient donc pas indépendantes des représentations sociales. Il va donc s’agir d’interroger aujourd’hui à la fois la construction sociale des identités sexuées dans le discours scientifique, et l’influence des représentations de genre sur l’activité scientifique elle-même.

Thierry HOQUET (philosophe, Lyon 3) : « Combien y a-t-il de sexes? »

« Combien y a-t-il de sexes ? ». Pour répondre à cette question, Thierry Hoquet est revenu sur trois listes de définitions : une liste de définitions du dictionnaire, une liste de définitions issues de la biologie et une liste de définitions au statut plus indéterminé, qui concerne « l’individu » et pourrait être qualifiée de « médicale ». Il ressort tout d’abord de la confrontation de ces listes qu’il est fort difficile de les « superposer ». Ainsi, selon le sens dans lequel on entend le terme « sexe », l’énumération varie énormément. De plus, alors que la biologie est souvent invoquée pour justifier la binarité mâle/femelle, celle-ci révèle en fait qu’il peut exister bien plus de deux sexes. La binarité ne vaut en réalité que pour les types de gamètes, mais son extension aux types de génitoires ou aux corps entiers est loin de valoir pour l’ensemble du vivant. De là une prudence face à tout mode de pensée « de la synecdoque » quand il s’agit de sexe, qui tend à attribuer des caractéristiques à un ensemble, alors qu’elles ne concernent que des parties. Passer des gamètes aux parties génitales, des parties génitales aux corps entiers, des corps entiers aux individus… ces déplacements sont à l’origine de classifications qui se présentent comme « naturelles » alors qu’elles relèvent de construction culturelles et sociales. Il serait donc intéressant d’étudier plus avant le rôle du temps dans la sexuation, celui-ci liant et distinguant différents « niveaux » du sexe.

Priscille TOURAILLE (anthropologue, Muséum National d’Histoire Naturelle) : « Le concept de sexe en biologie: entre réalité et catégorie. Le troublant oubli du langage dans la critique féministe (de Fausto-Sterling à Butler) »

Priscille Touraille est anthropologue au laboratoire d’eco-anthropologie et d’ethnobiologie  du Muséum National d’Histoire Naturelle. Elle travaille sur l’effet de pressions de sélection d’origine sociale liées au genre dans l’évolution des caractères sexuels secondaires chez l’humain et sur l’usage des concepts de genre et de sexe en sciences de la vie et en sciences humaines.

Dans cette présentation, Priscille Touraille critique le constructivisme radical défendu par certain·e·s auteur·e·s dans les études de genre et qui présente le sexe, non comme réalité naturelle, mais comme le produit du genre. Selon cette vision, ni le sexe, ni le genre ne seraient des produits de la nature, tous les deux seraient des produits de la culture. Ce discours sur le sexe s’appuie en partie sur les travaux d’Anne Fausto-Sterling sur le sexe comme continuum : comme les caractères liés au sexe sont généralement continus et ne sont pas toujours congruents entre eux, il serait impossible d’attribuer un sexe aux individus, on ne pourrait donc pas parler du sexe comme d’une réalité biologique. Ce constructivisme radical nie ainsi la distinction entre sexe et genre et retire aux sciences de la vie, accusées de légitimer la représentation des sexes comme réalités naturelles et non comme catégories construites, toute légitimité pour parler de sexe. Or, selon Priscille Touraille, ce qui relève du genre dans le sexe, c’est l’utilisation des catégories mâles et femelles pour définir des individus « dans leur ensemble », et non l’existence de traits sexués. Elle montre ainsi que le sexe, en sciences de la vie peut être défini de deux façons différentes, selon le type d’organismes dont il est question : tandis que chez les organismes hermaphrodites, ou monoïques, les sexes désignent les organes impliqués dans la production de gamètes mâles ou femelle, chez les organismes dioïques, ou à sexes séparés, les sexes désignent les individus produisant chaque type de gamètes. Ce serait donc la pertinence des catégories mâles et femelles pour désigner les individus (catégorisations qui, en biologie, ne désignent rien de plus que le type de gamètes produites par les individus) qui devrait être questionnée, et non la réalité du sexe indépendamment du genre.

Michèle FERRAND (sociologue, CRESPPA-CSU) : « La contraception médicale : une victoire à la Pyrrhus pour les femmes? »

L’intervention de Michèle Ferrand repose sur les enquêtes quantitatives menées par l’Inserm, en association avec l’INED, sur les pratiques contraceptives (elle mobilisait notamment l’enquête Cocon). Michèle Ferrand souligne que les premiers résultats de l’enquête permettent de confirmer la diffusion de comportements préventifs au sein de la population générale, conduisent à être vigilants sur les différences sociales qui persistent et sur les difficultés auxquelles les jeunes peuvent  être confrontés dans la gestion des enjeux liés à la contraception et à la prévention

Elle met en avant les enjeux sociologiques de cette contraception, le premier étant le déplacement des inégalités sociales d’accès à la contraception. L’évolution des pratiques contraceptives en fonction des années a été patente : les années 1970 voient naître l’accès la pilule, qui se développe dans les années 1980, les années 1990 signent l’arrivée du stérilet, les années 2010, quant à elles, marquent l’arrivée de nouvelles méthodes contraceptives et la crise des pilules de 3ème et 4ème génération.

Michèle Ferrand montre cependant que cet accès élargi à la contraception, se double d’une norme contraceptive tridimensionnelle : devoir de maîtrise de sa contraception tout d’abord, puis inscription dans une temporalité précise, qui évolue avec la conjugalité (passage du préservatif à la pilule et de la pilule au stérilet), et enfin une stigmatisation des échecs contraceptifs, conçus comme des déviances.

Cette stigmatisation des échecs met en lumière ce que l’auteure appelle « le double paradoxe contraceptif français ». Le modèle française repose sur une forte utilisation de la pilule, au détriment des autres moyens de contraception. Mais on constate, d’une part, la stabilité depuis trente ans des taux d’incidence annuelle d’IVG (14 pour 1000) alors que les méthodes les plus efficaces de contraception ne cessent de se diffuser, et d’autre part, alors que la France est le pays qui enregistre la prévalence contraceptive des méthodes modernes réversibles la plus élevée au monde, son rang en matière d’IVG la situe à un niveau élevé en Europe Occidentale (Pays Bas 7 pour 1000, Suède 16 pour 1000). La France connait ainsi un total de 200 000 IVG  pour 760 000  naissances.

La dernière enquête sur la contraception (enquête Fécond, 2010), montre une baisse inédite de la pilule, notamment chez les 20-24 ans, et ce davantage pour des raisons économiques qu’écologiques. Toutefois, le modèle contraceptif français est encore figé : le nombre de nullipares sous stérilet est encore extrêmement faible, et les autres méthodes hormonales sont peu utilisées, tout comme la stérilisation.

L’enquête Fécond montre également un déplacement des inégalités au cours du temps. Dans les années 1980, les inégalités se portaient davantage sur l’accès à la pilule, pour davantage concerner l’accès au stérilet dans les années 1990. Les années 2000 sont marquées par la persistance d’inégalités sociales d’accès à la contraception médicale, notamment aux pilules non remboursées de 3ème génération. Dans les années 2010, les inégalités découlent du choix du médecin, choix qui accentue les différences économiques et les différences d’accès aux nouvelles techniques contraceptives (implant et anneau, notamment)

Mais le modèle à la française est également un modèle normatif et prescriptif : la contraception est centrée autour de la notion de couples, et moins autour des femmes. De plus, la norme procréative est associée à l’idée de nombre d’enfants (deux enfants, espacés) et d’un âge de la maternité se situant autour de 25-35 ans. Cela se double d’une stigmatisation des grossesses précoces ou tardives et de l’idée de parents stables et déterminés. Cette norme contraceptive est extrêmement contraignante, notamment pour les femmes, car elle valorise la disponibilité maternelle (dans la mesure où la naissance de l’enfant résulte d’un choix, il doit être assumé jusqu’au bout).

Ainsi, si les promesses de la contraception sont multiples (égalité des risques avec les hommes devant le rapport sexuel, reconnaissance du désir féminin, capacité de maitriser sa vie professionnelle sans renoncer à la maternité), les coûts sont nombreux et concernent avant tous les femmes. Michèle Ferrand en distingue trois sortes : les coûts portant sur la sexualité (injonction à la sexualité, réussir sa vie sexuelle, médicalisation de la sexualité), sur le quotidien (gestion de la contraception, décision et primat du plaisir masculin, prégnance des effets secondaires, prix élevés de la contraception), mais également coût de la disponibilité maternelle (décision du moment, enfant à tout prix par le recours à la PMA, décision d’IVG, médicalisation et psychologisation de la maternité). Se pose dès lors la question de la réduction de ces inégalités entre les hommes et les femmes, inégalités entrainées paradoxalement par des moyens de contraception censées être un vecteur d’émancipation féminine.

Ilana LÖWY (historienne et biologiste, CERMES3) : « Tester le fœtus, tester des femmes: diagnostique prénatal, surveillance du corps reproductif des femmes et care »

Ilana Löwy revient sur les changements intervenus en manière d’observation des fœtus en France depuis les années 1960. Initialement destinés à contrôler les naissances jugées en amont « à risque », certains instruments investissant les corps des femmes enceintes, bien qu’intrusifs, sont devenus les moyens de diagnostiquer les cas « à risque ». C’est ainsi l’immense majorité des fœtus qui sont maintenant observés en France et dans d’autres pays développés. C’est ce glissement du particulier vers le général d’une technique vue comme neutre par les médecins dont Ilana Löwy a décortiqué les enjeux politiques et épistémologiques. Elle a ainsi montré qu’alors même que la dimension politique de ces tests est souvent un impensé médical, ceux-ci s’intègrent dans des politiques de santé publique. De même, les critères de sélection et de définition des individus voire des populations à risque sont élaborés de façon plus ou moins arbitraire par le corps médical.

Cette intervention a donc eu de fortes résonnances avec le reste de la production d’Ilana Löwy, qui consacre ses travaux aux présupposés politiques et philosophiques de la conception et de l’utilisation de techniques médicales dites neutres voire anodines.

Stéphanie PACHE (historienne et médecin, Unil et EHESS) : « Psy féministe : un métier impossible? »

Dans cette communication, Stéphanie Pache cherche à étudier les tentatives menées par les psychologues, psychiatres, et psychothérapeutes féministes américaines depuis les années 1960 pour articuler l’approche psychologique et la position féministe.

Mais cette approche est controversée, notamment parce que l’approche psychologique est perçue comme dépolitisante, et décontextualisée, centrée sur le psychisme individuel, là où le féminisme est avant tout un projet politique. Stéphanie Pache s’attache à montrer comment, à partir des années 1960, les psys féministes ont élaboré une critique de la psychiatrie, et de la psychologie, pour tenter à la fois d’envisager une science psychologique féministe, qui produise un savoir sur l’individu sans préjugé sexiste et sans biais, mais également de mettre en place des thérapies féministes envisagées comme une démarche émancipatoire contre la tendance patriarcale des autres thérapies.

A travers les travaux de la pionnière Naomi Weisstein, Stéphanie Pache revient sur la critique du discours psychologique par les féministes américaines, qui pointent du doigt l’absence de validation scientifique de nombreuses théories. Mais elle montre cependant que la mise en place d’une science psychologique féministe ne va pas de soi, et dépend en fait d’un choix épistémologique, celui de l’objectivation du réel.

En ce qui concerne la pratique thérapeutique, les critiques des féministes sont nombreuses : critique de la pathologisation de certaines normes, et notamment des normes sexuées, critique de la tendance à faire des problèmes de santé mentale, ce qui relève en fait d’une non-conformation aux normes sociales. D’une manière générale les thérapies féministes essaient de socialiser et contextualiser les problèmes psychiques là où les thérapies traditionnelles les conçoivent comme des phénomènes individuels. Mais globalement, elle met en avant le fait que les projets de thérapies féministes sont tout de même très divers et hétérogènes, à l’image des courants féministes eux-mêmes.

Ce qui ressort de son intervention c’est que ce lien entre approche psychologique et position féministe reste controversé et demeure encore aujourd’hui en construction.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.