« Des mots pour le… la dire » – Apéro­conférence de l’IEC, 04/02/14

Par Lucy MICHEL 

Mardi 04 février 2014, le restaurant La Baleine accueillait à Paris un apéro-conférence de l’Institut Émilie du Châtelet sur le thème suivant : « Des mots pour le… la dire ».
Au point de départ de cette réflexion, un constat simple : on ne sait pas toujours comment désigner les femmes, et on ne sait pas toujours reconnaître les femmes sous les termes masculins qui les désignent.Pour animer le débat, trois intervenantes d’horizons différents : une politologue (Claudie Baudino), une linguiste (Béatrice Fracchiolla) et une comédienne-chercheuse (Aurore Évain). Toutes trois s’intéressent à la façon de nommer les femmes dans des domaines traditionnellement masculins : au centre de ce problème, on trouve la question des noms de métiers.

Claudie Baudino, auteure de l’ouvrage-somme Politique de la langue et différence sexuelle (la politisation du genre des noms de métiers), aborde les difficultés posées par la publicisation de ce problème langagier : quand la question des noms de métiers féminins atteint la sphère publique, le ton monte, et ce dès la fin du XIXème siècle, où les femmes accèdent peu à peu aux professions socialement valorisées (professorat, magistrature, médecine …).
À chaque demande d’entrée de femmes dans une profession, le problème de la dénomination est soulevé, et avec lui, les controverses sur la question du genre des noms de métier. Autant il y a 120 ans qu’aujourd’hui. Cela est particulièrement mis en évidence, et Claudie Baudino le rappelle, par les réactions de certains Académiciens (en particulier Georges Dumézil et Claude Lévi-Strauss) lors des travaux de la Commission de terminologie formée par Benoîlte Groult en 1984. Ces conflits, qui ont marqué l’histoire des réformes du français, sont fondés sur un problème de langue qui n’en est pas un : d’un point de vue grammatical, rien de plus simple que la féminisation … ce n’est rien du tout, et en même temps, pour ses détracteurs, c’est très grave.
Cette difficulté à admettre les variations féminines des noms de métier rejoint d’autres questions de langue qui n’en sont pas plus, et qui semblent toutes marquer une réticence (entre autres des hautes sphères) au rééquilibrage non-sexiste de la langue : la suppression de Mademoiselle dans les documents administratifs a souvent irrité, et celle de l’expression pourtant très explicitement sexiste « gérer en bon père de famille » rencontre elle aussi des résistances …
Ces questions sont à la fois perçues comme des futilités et comme des affronts terribles à la pureté de la langue. Claudie Baudino nous invite à chercher l’erreur.

C’est ensuite Aurore Évain qui prend le relais pour parler d’un terme qui la concerne au premier chef : autrice.
Aurore Évain est une comédienne qui a travaillé, en histoire du théâtre, sur l’apparition des actrices (aux XVI-XVIIème siècles) et des femmes dramaturges – la légitimité des secondes ayant eu plus de mal à s’imposer. Comment expliquer cette difficulté ? Comment parle-t-on de ces femmes de théâtre qui signent leurs œuvres ?
En explorant les archives de la Comédie Française, Aurore Évain découvre que les premières femmes dramaturges font leur apparition dès le XVIIème siècle. Pour nommer leur travail, on parle alors de la « part d’autrice ». Le terme existe depuis longtemps, et depuis longtemps, on lui fait la guerre. Pourquoi ?
Maurus Servius Honorus, grammairien du IVème siècle, permet de mieux le comprendre : dans son œuvre, il explique que le terme auctrix peut être utilisé uniquement lorsqu’il dérive de audere (« accroître »), et en aucun cas lorsqu’il dérive d’auctoritas (« autorité »). Alors, il faut impérativement recourir au masculin auctor, une femme ne pouvant être source d’autorité.
Mais Aurore Évain remarque très justement que s’il a fallu que les hommes se battent contre l’emploi de ce terme, c’est qu’il a été utilisé, notamment dans l’expression laborum auctrix (équivalent d’« ouvrière », de nos jours).
Le terme disparaît au XVIIème siècle avec la création de l’Académie Française et le renforcement de la politisation de la langue… au moment même où les femmes dramaturges commencent à se faire voir. Avec l’Académie arrivent les premiers dictionnaires officiels, d’où autrice est exclu.
À la même époque, le terme acteur prend ses lettres de noblesse et peut désigner à la fois le comédien et l’auteur de théâtre. Les actrices-dramaturges, dont la visibilité se développe alors, n’ont pas de dénomination propre, et, à partir du XVIIIème siècle, elles vont revendiquer le terme autrice, qui, parce qu’il n’existe dans aucun dictionnaire, sera brandi comme néologisme, leur permettant de sortir du rôle d’augmenteresses de la parole des hommes (« actrices ») pour devenir créatrices (« autrices »).
Aujourd’hui, le terme a perdu sa visibilité, et auteure fait son nid. Mais comme le remarque très justement Aurore Évain, auteur-e apparaît comme un appendice d’auteur et non, à l’instar d’aut-rice, comme un terme qui existerait dans une relation d’égalité avec aut-eur.

C’est Béatrice Fracchiolla qui conclut le tour de parole. La sociolinguiste, spécialiste de la violence verbale, travaille entre autres depuis 2007-2008 sur la dénomination genrée. Elle y a d’abord été confrontée par des franco-apprenants qui s’interrogeaient sur la bonne façon de s’adresser à quelqu’un – un directeur, une directrice… Par ce biais, elle en vient à s’intéresser au brouillage référentiel que crée, en français, l’usage du masculin dit « générique » désignant des référents de sexe féminin. En revenant sur l’histoire des efforts entrepris pour une langue française non-sexiste, elle souligne avec finesse que « le politique se cache dans les toutes petites choses » (sic), un simple pronom personnel masculin – le – peut porter tout le poids de la discrimination langagière. Béatrice Fracchiolla, insistant sur ce point, affirme ainsi que le militantisme se fait aussi dans les détails.
Elle revient, pour illustration, sur une anecdote aujourd’hui bien connue : un père et son enfant sont dans un accident de voiture. L’enfant, gravement blessé, est transporté à l’hôpital. Le chirurgien, en le voyant sur la table d’opération, refuse d’opérer, affirmant que ce serait contre les règles, puisque c’est son enfant. Qui pense spontanément que ce chirurgien est en fait une chirurgienne (la mère de l’enfant) ?
C’est précisément dans ce type de situation (ici évidemment caricaturale) que le brouillage s’opère : comment peut-il exister, dans une langue où l’accord entre genre grammatical et sexe du référent (humain) est quasi réglementaire, des noms de métiers qui y dérogent ?
Béatrice Fracchiolla clôt son propos en affirmant ce qui suit : en langue, tout est permis, féminisation, neutralisation […], et c’est là le cœur même de la sociolinguistique.

Après ces présentations rapides, la parole est laissée à l’auditoire. Plusieurs thèmes sont abordés : le refus de la féminisation par certaines femmes (Claudie Baudino fait notamment remarquer que ce sont surtout les pionnières, seules en milieu masculin, qui ont refusé de féminiser leur titre) ; l’essentialisme de la féminisation et la question d’un possible effacement des genres en langue ; le sexisme des langues sans genre (est-il plus ou moins marqué que dans les sociétés à langue genrée ?) ; la diffusion des termes féminisés par les voies d’internet (privilégier l’apprentissage par l’usage à celui par le politique) ; le masculin comme faux générique ; le rôle de l’Académie en France …

La profusion des interrogations a néanmoins laissé paraître un socle de réflexion commun : la variation en genre n’est pas une revendication nouvelle, et au-delà de ça, n’est pas un fait linguistique nouveau (la langue médiévale présentait quasi systématiquement le masculin et le féminin, quand son emploi était nécessité). La primauté du masculin, elle aussi, est historiquement construite et n’est en rien une vérité de la langue . C’est à partir du XVIIème siècle que la règle d’accord de proximité (les hommes et les femmes sont belles) est abandonnée pour la règle du masculin noble (les hommes et les femmes sont beaux). Pour comprendre les enjeux politiques et sociétaux que revêt cette question, il faut avant tout la replacer dans une temporalité, une historicité : la langue est mouvement, et non loi immuable. Si elle est inadaptée, en tant qu’outil et objet social, elle peut et doit être changée.

Et comme le dit une des auditrices présentes, si cette histoire de féminisation est si dérisoire que ce que veulent ses détracteurs : « Faisons-le tout de suite, on n’en parlera plus ! »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.