GenERe publie un ouvrage!

Les membres de GenERe sont ravi.e.s de vous annoncer qu’un ouvrage collectif faisant suite au colloque de fin du laboratoire junior sera prochainement publié chez ENS éditions.

GenERe, Épistémologies du genre. Croisements des disciplines, intersections des rapports de domination, Lyon, ENS Éditions, 2018.

L’ouvrage regroupe quatorze contributions issues de disciplines aussi variées que la géographie, l’histoire, la littérature, la sociologie, les STAPS, la linguistique, la psychologie sociale, les SIC, les sciences de l’éducation ou encore la philosophie.

L’ouvrage est préfacé par Christine Détrez et dirigé par Anne-Charlotte Husson, Lucie Jégat, Marion Maudet, Lucy Michel, Vanina Mozziconacci, Laura Tatoueix, Cécile Thomé et Maxime Triquenaux.

Pour découvrir le sommaire et l’introduction de l’ouvrage, merci de consulter sa présentation sur le site d’ENS éditions :

http://catalogue-editions.ens-lyon.fr/fr/livre/?GCOI=29021100764930

Nous publions ici la postface, qui récapitule les quatre années d’existence de GenERe. Merci à tou.te.s celles et ceux qui nous ont suivi et qui ont participé à cette belle aventure !

Les membres de GenERe

Postface

Fin 2013, une vingtaine de jeunes chercheuses et chercheurs, issu·e·s pour la majorité de l’École Normale Supérieure de Lyon et rattaché·e·s à des disciplines variées mais intégrant tou·te·s la question du genre à leurs travaux, ont élaboré ensemble un projet de dispositif qui leur permettrait d’échanger à travers ce point commun. C’est ainsi qu’est né, en janvier 2014, le laboratoire junior GenERe (Genre : Épistémologie & Recherches).

D’abord, qu’est-ce qu’un « laboratoire junior » ? C’est une structure hébergée et en partie financée par l’ENS de Lyon, permettant à des masterant·e·s et doctorant·e·s de mener, via un « apprentissage pratique » sur le modèle des laboratoires classiques, un programme de recherche long de deux à quatre ans. Un laboratoire junior doit définir une problématique, ensuite reprise et travaillée à l’occasion d’ateliers, de séminaires, de journées d’étude, etc. Il doit également s’intégrer dans les réseaux de recherche, et notamment développer des partenariats avec d’autres institutions lyonnaises.

Il s’agissait, pour nous, à la fois d’élaborer un dispositif par et pour les jeunes chercheuses et chercheurs lyonnais·e·s mobilisant les études de genre dans leurs mémoires ou leur thèse, et de nous intégrer à un réseau lyonnais « genre » déjà dense. Plusieurs laboratoires de recherche lyonnais avaient en effet déjà mis les questions de genre au cœur de leurs perspectives de recherche. En littérature, l’UMR LIRE (Littératures, Idéologies, Représentations – XVIIIe – XIXe siècles) avait ainsi été le premier laboratoire à afficher, dès les années 1990, un axe Masculin/Féminin ; en histoire, le LARHRA (Laboratoire de Recherche Historique en Rhône-Alpes) disposait d’une équipe « Genre et Société », et interrogeait différentes thématiques comme les migrations, l’engagement citoyen ou encore l’enseignement au prisme du genre. De la même façon, le pôle « Genre et politique » du laboratoire Triangle avait placé la réflexion sur le genre au centre de ses problématiques. D’autres institutions lyonnaises cherchaient aussi à promouvoir les études de genre : on peut citer l’ISH (Institut des Sciences de l’Homme), structure regroupant des laboratoires de recherche rhône-alpins, qui a fait du genre l’un de ses trois axes de recherche et qui organisait chaque année un séminaire interdisciplinaire sur le genre ou encore le Centre Louise Labé (Lyon 2), visant à la fois à offrir des ressources et à favoriser l’égalité femmes/hommes dans l’enseignement supérieur. Par ailleurs, Lyon abritait et abrite toujours des ressources importantes dans le domaine du genre, dont peuvent bénéficier les étudiant·e·s comme les chercheuses et chercheurs : le « Point G », Centre de ressources sur le genre, à la Bibliothèque Municipale de Lyon, ou encore le fonds Aspasie, consacré à l’histoire des femmes et à la question du genre en éducation (conservé à la Bibliothèque Universitaire de Formation des Maîtres Rhône Croix-Rousse).

La spécificité de GenERe était son ambition de créer un espace de recherche pluridisciplinaire réservé aux masterant·e·s et doctorant·e·s, mais également de faciliter les échanges avec les structures existantes. Les missions du laboratoire visaient ainsi la mise à disposition de ressources pour les recherches en cours ainsi que la diffusion, à visée pédagogique mais également plus large, de travaux achevés.

La pluridisciplinarité ayant été d’emblée une dimension importante de l’identité du laboratoire, la question de l’épistémologie du genre s’est imposée comme fil directeur de notre projet. Cette entrée nous permettait d’interroger les conditions de possibilité du dialogue entre nos disciplines, à travers et au sujet du genre. Il s’agissait de mettre à l’épreuve l’idée que la présence de la notion dans les différentes sciences pouvait constituer une occasion pour un travail inter- ou transdisciplinaire. Pour organiser ces réflexions, nous avons suivi quatre axes de recherches, qui avaient en commun d’interroger les interfaces et les frontières. Le premier, « Sciences et politique », portait sur les implications épistémologiques des liens entre études de genre et militantisme féministe. Le deuxième, « Genre et pédagogie » était consacré aux effets de la diffusion du genre, en particulier de l’articulation enseignement/recherche. « Genre et rapport de pouvoir(s) », notre troisième axe, avait pour objet la pertinence du genre comme modèle pour penser l’ordre social, notamment au regard d’autres hiérarchies. Enfin, l’axe « Genre : entre corps et texte » visait à reprendre les débats scientifiques et politiques quant à la façon de concevoir le genre, confrontant paradigmes du discours et paradigmes « matérialistes ».

Concrètement, quelles ont été les activités de GenERe au cours de ses trois années d’existence ?

D’abord, un séminaire interne au laboratoire junior a permis d’entendre la présentation de travaux en cours par une membre du laboratoire junior (Isolde Lecostey, qui en avril 2014 est intervenue sur le thème : « Le genre : outil pour l’étude de la construction de l’espace humoristique ? ») et par un intervenant extérieur (Anthony Manicki, « Le désir sexuel existe-t-il ? L’invention de la libido par Augustin », avril 2014).

Par ailleurs, cinq conférences ont été proposées pour introduire ou approfondir des thématiques spécifiques : « “Mauvais genre ?” Introduction aux études de genre » (mars 2014, Anne-Charlotte Husson et Cécile Thomé), « Violence médicale et rôles sexués » (mars 2014, Martin Winckler), « Genre et littérature » (mai 2014, Cyril Barde, Paul Brocart, Julie Brugier et Adèle Sauzedde), « Introduction aux Trans Studies » (mai 2015, Arnaud Alessandrin et Karine Espineira), « Pour un féminisme décolonial » (juin 2016, Hourya Bentouhami). Dans une volonté de diffuser hors de l’université les savoirs qui s’y développent, des conférences d’introduction aux études de genre ont aussi été faites par certains membres du laboratoire dans des lycées de la région lyonnaise (Cécile Thomé et Maxime Triquenaux au lycée Descartes à Saint Genis Laval, Lucie Jégat au lycée international de Ferney-Voltaire).

En outre, quatre rencontres avec des auteurs et autrices ont été organisées ou co-organisées par GenERe : en septembre 2014, Édouard Louis est venu présenter En finir avec Eddy Bellegueule, en partenariat avec le LARHRA, en novembre 2014 Jeffrey Weeks a donné une conférence pour la sortie de la traduction française de Sexualité, en partenariat avec Triangle et les Presses Universitaires de Lyon, en janvier 2015 Pinar Selek a invité son auditoire à « Réfléchir sur les dominations et les résistances » à travers l’exemple du mouvement féministe en Turquie, en partenariat avec Triangle, et enfin en mars 2015 Beverly Skeggs a présenté la traduction française de son ouvrage Des femmes respectables, en partenariat avec les Éditions Agone.

Ensuite, parce que le laboratoire junior avait l’ambition de créer des espaces de discussion et de réflexion autour de diverses problématiques liées au genre, ce sont douze journées d’étude ou ateliers qui ont été organisés ou co-organisés : « Sexisme, jeux vidéo et culture geek » en mars 2014, « Genre, sciences naturelles et médecine » en avril 2014, « Les savoirs des corps : quel genre de transmission ? » et « Genre et bande dessinée » en mai 2014, « Genre et politiques publiques » en juin 2014, « Danse avec les genres » en septembre 2014, « Que faire de la “théorie du genre” ? » en octobre 2014, « Qui (dé)fait le genre en éducation ?» en janvier 2015, « Produire des hommes. La production des modèles de masculinité : sources et pratiques de recherche », en mars 2015, « Genre(s), sexualités, langage : un nouveau champ d’études ? » en avril 2015, « Out of the closets, into the streets. Genre, Image, Militantisme » en mai 2015, et enfin « Le genre au croisement des disciplines » en novembre 2016.

Enfin, trois colloques de deux ou trois jours ont permis des discussions multiples et approfondies autour de thématiques ou de problématiques traversant les disciplines qui travaillent le genre : « Genre et sexualité », en décembre 2014, « Genres et Arts // Genres en Arts » en septembre 2015, et enfin, bien sûr, le colloque de clôture à l’origine du présent ouvrage, qui a eu lieu en décembre 2015 et qui s’intitulait « Le(s) genre(s). Définitions, modèles, épistémologie ».

Cependant, le laboratoire junior ne s’est pas limité à l’organisation d’événements autour du genre : il a aussi développé une intense activité numérique, complémentaire de notre activité à Lyon et qui permettait de toucher un public plus large. En effet, un site[1] permettait d’annoncer nos activités, mais surtout de mettre en ligne des retranscriptions ou des captations des différentes manifestations scientifiques listées ci-dessus. Sur ce site se trouvent également des ressources bibliographiques sur le genre, ainsi accessibles à tout·e·s. Un carnet Hypothèses[2] a également été créé, permettant de diffuser les textes écrits par les membres du laboratoire junior, ainsi que des interviews de chercheuses et de chercheurs menées par les membres. Une forte présence sur les réseaux sociaux (plus de 800 abonné·e·s sur Facebook, plus de 1 300 sur Twitter) permettait en outre au laboratoire junior de diffuser des informations sur les manifestations organisées, mais aussi plus largement sur les études de genre. Cette dimension numérique nous semblait primordiale, dans la mesure où il s’agissait de toucher un public plus large que les seules personnes présentes et disponibles à Lyon.

Au terme de ces trois années, les membres de GenERe espèrent que celui-ci a contribué à la visibilité des études de genre à Lyon, en particulier pour les étudiant·e·s et les jeunes chercheuses et chercheurs. Le laboratoire junior a trouvé sa place à côté d’autres organisations (comme EFiGiES[3], et en particulier sa branche lyonnaise, l’ARGU [Atelier de Recherche sur le Genre et ses Usages, active jusqu’en 2013], la Fédération de recherches sur le genre RING ou l’ARGEF[4]) ainsi que des séminaires sur le genre qui existaient déjà à Lyon (organisés en particulier par les trois laboratoires que sont Triangle, le LARHRA ou le LIRE). Il a ainsi, par exemple, été impliqué dans l’organisation du Premier congrès des études de genre en France, qui a eu lieu en septembre 2014 à l’ENS de Lyon, à l’initiative de l’Institut du Genre. Il a par ailleurs permis la constitution d’une communauté de recherche large et très soudée, comme l’illustre le développement de travaux entre ses différents membres : publication d’articles à quatre mains, participation à des séminaires de recherche à plusieurs, etc. Il n’est d’ailleurs pas anodin que la disparition programmée de GenERe soit compensée par la création d’un nouveau laboratoire junior (TPG, pour « Théories et Performances des Genres »), en partie porté par d’anciens membres de GenERe, et qui prévoit d’aborder le champ des études de genre à partir de la perspective queer.

Mais le laboratoire junior n’a pas seulement permis de faire se rencontrer de jeunes chercheuses et chercheurs intéressé·e·s par cette thématique : ce sont, à travers elles et eux, des disciplines qui ont ainsi pu dialoguer. La pluridisciplinarité encouragée par cette structure qu’est un laboratoire junior permet en effet de découvrir des perspectives nouvelles sur un sujet ou une problématique, ce qui est d’autant plus enrichissant que, dans l’université française, ces différentes disciplines ont rarement l’occasion de dialoguer entre elles. C’était ce dialogue que notre colloque de clôture essayait de reconstituer, et c’est à celui-ci que nous espérons avoir rendu justice dans cet ouvrage.

En tant que co-responsables du laboratoire junior, il y a donc plusieurs remerciements que nous aimerions faire au terme de ces trois années : d’abord, un grand merci aux intervenant·e·s qui ont accepté de venir nous présenter leurs travaux et d’en discuter, ainsi que de leurs engagements ou de leurs écrits. Ensuite, merci à l’ENS de Lyon qui a encadré la création de cette structure, qui l’a en grande partie financée et qui en a assuré le soutien administratif. En particulier, merci à Véronique Queste et Véronique Vial, à Corinne Darmon et Yévédo Jeanne Goukindji Plaza, à Nadine Pontal et au Centre de Documentation Recherche, à la reprographie et au service sécurité de l’ENS de Lyon, et à la bibliothèque universitaire Denis Diderot. Merci aussi à toutes celles et tous ceux qui ont cru en nous, et en particulier à Christine Détrez, Claude Gautier, Muriel Salle, Anne Verjus et Michelle Zancarini-Fournel, ainsi qu’aux laboratoires et aux autres institutions qui nous ont aidés, en particulier financièrement : l’Institut du Genre, l’Institut des Sciences de l’Homme, le LARHRA, Triangle, la région Rhône-Alpes et la ville de Lyon. Enfin, un immense merci à tou·te·s nos membres, qui nous ont permis de faire de GenERe un laboratoire junior florissant, passionnant et particulièrement efficace. C’est grâce à leur collaboration que travailler ensemble pour le « labo junior » a toujours été un plaisir pour nous – et nous espérons que cela ne fait que commencer. Merci !

Vanina Mozziconacci (philosophie) et Cécile Thomé (sociologie)

Liste des membres :

Noémie Aulombard, science politique.

Cyril Barde, littérature française.

Vincent Bollenot, histoire.

Ann-Lys Bourgognon, littérature/culture américaine.

Paul Brocart, littérature comparée.

Marie Carcanague, histoire.

Marie Cariou, biologie.

Claire-Lise Gaillard, histoire.

Lola Grynberg-Prestat, histoire.

Anne-Charlotte Husson, sciences du langage.

Lucie Jégat, sociologie.

Camille Khoury, théâtre.

Chloé Leclère, économie.

Isolde Lecostey, littérature française.

Véra Léon, histoire et sciences de l’éducation.

Marion Maudet, sociologie.

Lucy Michel, linguistique française.

Marie Pachoud, sociologie.

Alisée Pornet, géographie.

Mickaëlle Provost, philosophie.

Pauline Rousseau, théâtre.

Laura Tatoueix, histoire.

Maxime Triquenaux, littérature française.

Alice Verney, anglais.

Marie Walin, histoire.

Quentin Zimmermann, sociologie.

[1] http://labogenere.fr/

[2] https://genere.hypotheses.org/

[3] Association de jeunes chercheuses et chercheurs en Études Féministes, Genre et Sexualités.

[4] Association de Recherche sur le Genre en Éducation et Formation.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.