Nous les mecs. Essai sur le trouble actuel des hommes de Daniel Welzer-Lang

Par Claire-Lise Gaillard

« Une révolution à finir ensemble » (p. 7), voilà ce que se propose d’exposer Daniel Welzer-Lang, sociologue spécialiste des études sur les masculinités. Nous, les mecs. Essai sur le trouble actuel des hommes s’inscrit dans la continuité des travaux de l’auteur1, qui retracent les avancées des théories féministes sur le patriarcat, l’oppression des femmes et la domination masculine. Il y oriente l’analyse sur les hommes et le masculin. Au sein des études de genre, les travaux sur la virilité ont dans un premier temps été en reste, inspirant cette réflexion à Françoise Héritier : « Pour moi, anthropologue, une de mes toutes premières interrogations […] a porté sur l’absence d’étude systématique de l’âge d’homme et de la masculinité proprement dite, dans les travaux historiques, sociologiques, anthropologiques. Il va tellement de soi que c’est le référent ultime qu’il est inutile d’en parler »2. Dans les divers champs disciplinaires, les travaux sur la masculinité se multiplient cependant depuis quelques années, et le retard se comble.

L’égalité homme-femme au cœur des problématiques sociales contemporaines interroge l’auteur qui se lance le défi de « prendre l’égalité par les deux bouts » et de ne plus penser le problème seulement du côté des femmes. La raison de ce renversement – a prioriméthodologique – se trouve, aux yeux du sociologue, dans l’impasse des luttes féministes : « Les luttes des femmes féministes ont produit de grands changements qui semblent actuellement dans une impasse, une forme de plafond de verre. […] Il faut multiplier les angles d’analyse de la marche vers l’égalité des sexes, en intégrant les hommes et leurs questionnements » (p. 33).

Pour l’auteur, les hommes et le genre masculin semblent être un impensé dans l’élaboration de l’égalité des sexes. Il y voit donc un enjeu central dans l’étude et le débat sur les formes de la masculinité. « Les hommes et les femmes n’ont pas d’autre choix que de réapprendre à discuter et à vivre ensemble. C’est sans doute un des chantiers sociaux les plus importants de ce siècle » (p. 32).

Faisant le constat que « l’évidence virile est de plus en plus ébranlée », Daniel Welzer-Lang pointe la naissance d’un homme contemporain qui se défait du virilisme, terme qu’il entend comme l’exacerbation des attitudes, représentations et pratiques viriles. Il propose donc de faire « l’inventaire de la virilité » afin de déterminer ce qu’il faut garder « et ce qui doit être jeté aux oubliettes ». L’organisation de l’ouvrage au fil des différents chapitres ressemble à un parcours (aux échos personnels, parfois) vers un portrait de ce que l’homme de demain devrait être pour de meilleures relations hommes-femmes. L’auteur expose les caractéristiques de la « maison des hommes », ces lieux et situations d’apprentissage de la virilité ; il décrit les mécanismes masculins, nous peint les hommes dans leur sexualité, leur couple, leur paternité et, au fil de cela, démontre les troubles qui les assaillent. Au sein de cet inventaire, il souligne les brèches qui s’ouvrent à l’homme du XXIe siècle. Ce dernier n’est plus taillé dans le monolithe masculin mais ouvert aux différents et multiples modèles de la masculinité contemporaine. L’auteur propose un prototype d’homme disposé au pluriel, au « polyamour », et à une sexualité polymorphe. S’il s’attache à « renégocier le couple », on comprend que celui-ci n’a, à ses yeux et à terme, plus de raison d’être car laisser libre cours à la fluctuation des désirs entérine l’instabilité des relations.

Le ton de l’auteur, s’il a le mérite de rendre l’ouvrage très accessible, peut lui donner des accents de conseiller conjugal ou de sexologue, ce que revendique en quelque sorte le sociologue dans son introduction : « j’ai entendu de plus en plus de femmes appeler de leurs vœux un ouvrage simple qui leur explique comment fonctionnent les hommes, ce qu’ils pensent et ressentent » (p. 10). Et, de fait, il prétend expliquer, décrire, faire comprendre aux femmes de quoi sont fait les hommes, considérant que le rapport de genre s’en trouvera mieux quand les femmes seront initiées, par exemple, « quand nous aurons expliqué aux femmes que, bien souvent, nous avons des maitresses, des amantes, ou que nous en rêvons » (p. 149). Ce « nous les mecs » itératif tout au long de l’ouvrage résonne donc avec une insistance véritablement embarrassante. Tantôt parce que le « nous les mecs » s’accompagne d’une révélation pédagogique à destination des femmes qui, elles, ne savent pas ce que « nous les mecs, savons ». Tantôt parce qu’on ne sait si le « nous » de narration n’est pas avant tout un « je » d’expérience.

Au plan de la méthode, outre cette confusion latente entre l’objet connu et le sujet connaissant, le lecteur peut regretter certaines généralisations infondées, du moins sur la forme. En effet, le propos peut manquer de corps pour qui souhaiterait légitimement appréhender davantage la matière du travail du sociologue, ses sources, ses enquêtes, ses chiffres et la voix de ses témoins. On ne sait rien du terrain d’enquête, de ses proportions ni de ses limites. Cette lacune expose l’ouvrage à de nombreuses critiques, en particulier quant à la place qu’il donne à la sexualité. En effet, si les mutations qui s’opèrent dans la sphère sexuelle sont bien des révélateurs d’un changement dans les relations hommes-femmes, prendre acte de la libéralisation sexuelle n’autorise pas pour autant à transposer ces constats à la sphère sociale, sans plus ample démonstration. Les temporalités sexuelles et sociales ne sont pas nécessairement concomitantes, comme pourraient le laisser croire certains passages. Ainsi, après avoir montré que les pratiques sexuelles « bucco-génitales » s’homogénéisent entre hommes et femmes depuis les années 1970, (autour de 80% pour les deux sexes en 2010), l’auteur conclue-t-il que « ces chiffres traduisent la marche rapide vers l’égalité » (p. 100). Mais peut-être peut-on lui objecter qu’un couple qui s’inscrirait effectivement dans la tendance mise en évidence par les résultats statistiques peut aussi avoir une vie domestique régie par des stéréotypes de genre. Nous les mecss’expose d’autre part aux accusations de masculinisme, et l’affirmation féministe de l’auteur est souvent mise en doute car, tout en proposant de « clore le chapitre de la domination masculine », il réaffirme sans cesse divers modèles de masculinité, quand bien même ces modèles diffèrent de celui de la virilité traditionnelle. Le ton docte oppose sans cesse « les mecs » à leur contraire, « les femmes ». Ainsi le couple est-il une entité où l’homme tente d’échapper à la mainmise castratrice de sa compagne : « nous aimons beaucoup ces atmosphères d’hommes de la maison-des-hommes. Ce sont des espaces de liberté que nous avons préservés. Notre compagne aimerait nous voir faire comme elle. Ce qui ne l’empêche pas d’ailleurs de passer des heures au téléphone avec sa famille ou ses copines » (p. 119). Il est assez déconcertant de voir resurgir dans les propos d’un sociologue du genre une telle dichotomie, rappelant celle d’une nature sexuée insurmontable.

En mettant en garde contre la victimisation des femmes, le propos de Welzer-Lang prend le risque de tomber dans la déresponsabilisation des hommes. Et certaines formulations laissent entente une crainte latente d’une forme de castration, comme cette évocation d’une domination féminine : « un système social ou policières, gendarmettes, magistrates régiraient les survivances de domination masculine et, pourquoi pas ?, des camps de rééducation. Nous savons déjà que cela ne marche pas ».

En somme, si le sociologue touche du doigt une véritable problématique et de réels bouleversements contemporains dans les constructions identitaires de genre, il les traite avec une désinvolture et un certain culot qui ne peuvent donner crédit à son propos. Les lacunes méthodologiques et les prises de position idéologiques font encourir à l’auteur le risque de critiques féministes, auxquelles le parcours universitaire de l’auteur n’est toutefois pas étranger.

1 Des hommes et du masculin, Presses Universitaires de Lyon, CREA/Bief, 1992 ; Nouvelles approches des hommes et du masculin, Presses Universitaires du Mirail Toulouse, 2000.

2 Françoise Héritier, « Du pouvoir improbable des femmes », in Georges Duby et Michelle Perrot, Femmes et histoire, Paris, Plon, 1993, p. 113-125, article repris dans Masculin/féminin. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob, 1996, p. 303.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *