Séminaire « Approches critiques des masculinités » – EHESS

Séance introductive du 25 novembre 2013 

Compte rendu de  Véra Léon et Cyril Barde

  • Mélanie Gourarier : « Masculinité » ou « Virilité » ?

Pour Mélanie Gourarier, il faut partir du paradigme de l’invisibilité qui sous-tend l’émergence des études sur les masculinités. Enjeux politiques, méthodologiques et théoriques de la question. Difficulté à faire émerger la catégorie « homme » : le plus souvent, on emploie un sujet unique, invariant jamais défini comme tel, jamais pris comme un objet de connaissance autonome. Tout fonctionne comme si la masculinité saturait les savoirs sans jamais faire l’objet d’un savoir. Le masculin, c’est ce qui s’efface sous le masque du neutre, de la norme ou de l’universel : il bénéficie du privilège de l’invisibilité. C’est ce qui conduit par exemple Monique Wittig à affirmer qu’au fond, il n’y a qu’un genre marqué comme tel (jusque dans le fonctionnement de la langue), le genre féminin. 

Or cette universalité a été historiquement contestée, à la fois par les théories féministes et par les avancées intellectuelles qu’elles ont permises, rendant nécessaire la prise en compte des femmes comme sujets de l’histoire. Il est important de s’interroger sur les raisons socio-historiques de l’invisibilisation des hommes dans l’analyse, comme l’a fait par exemple le sociologue Michael Kimmel. On arrive donc à un basculement épistémologique, avec le dévoilement de normes jusque-là invisibles.

M. Gourarier évoque les travaux d’Anne-Marie Sohn qui étudie le « devenir-homme » dans Sois un homme. A.-M. Sohn insiste sur le moment de l’adolescence qui est pour elle une voie privilégiée pour comprendre les masculinités et leurs constructions. Sont ensuite évoquées les études de J. Halberstam sur les « masculinités sans hommes ». Ses travaux s’intéressent à des formes de masculinité alternatives pour rendre visibles les mécanismes de la masculinité dominante. Pour Sohn comme pour Halberstam, il s’agit d’aborder le sujet par les marges, les masculinités queer comme les « sur-masculinités ».

Pour évaluer ce qu’implique le choix du terme « masculinité » ou « virilité », M. Gourarier s’interroge sur la démarche des auteurs de l’Histoire de la virilité (Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello). Le terme de « masculinité » n’a rien d’évident, notamment en contexte français, où le terme de « virilité » lui a souvent été préféré. Cette spécificité peut s’expliquer par plusieurs facteurs : en premier lieu la résistance face aux études de genre et à une terminologie anglo-saxonne, ainsi qu’une réticence à prendre pour objet des masculinités non problématisées (comme celles des banquiers), et donc à maintenir leur privilège épistémologique. Cela dit, d’autres facteurs ont pu également intervenir, comme la traduction tardive des travaux de Raewyn Connell.

Le risque que fait courir le terme « virilité » à la recherche est de laisser de côté les masculinités qui ne sont pas problématiques ou du moins problématisées. En effet, la virilité, dont les critères sont plutôt d’ordre physique, caractérise la masculinité (hyper) visible (la force, le courage) et pourrait empêcher de penser les masculinités invisibles, qui ne sont pourtant pas moins au centre de processus de domination (quid de la masculinité du professeur, du magistrat, du banquier ?…). A plusieurs reprises, Mélanie Gourarier met en garde contre le centrement sur les masculinités dites problématiques, qui contribuent à rendre invisibles les processus de construction des masculinités conformes aux normes de genre.

Finalement, le terme de « masculinité » permet un usage politique et critique que ne permet pas d’après les organisateurs·trices le terme de « virilité ». Le mot « masculinité » a aussi un aspect moins uniformisant, il déploie un spectre plus large : les masculinités subordonnées sont réappropriées par des masculinités légitimes pour créer la masculinité hégémonique.

 

  • Gianfranco Rebucini : Le concept d’« hégémonie » pour aborder la masculinité

Le concept d’hégémonie permet de penser les hiérarchies au sein de la masculinité, plus que le concept de « domination ». Bourdieu, dans La domination masculine notamment, pense la masculinité et la féminité comme des habitus (dispositions durables, « structures structurées prédisposées à fonctionner comme des structures structurantes »). Il s’appuie sur le concept de « violence symbolique » qui s’exerce sur les hommes et sur les femmes (les dominé·e·s intériorisant leur propre domination). Cette violence symbolique est « une violence infra-consciente non perçue par les acteurs qui s’appuie sur une structure de pouvoir elle-même adossée à une vision cosmologique » (citation de G. Rebucini).

Le premier problème posé par le livre de Bourdieu est l’importance accordée à la permanence et à l’universalité des rapports sociaux de sexe, et donc sa relative déshistoricisation. De plus, la notion de « violence symbolique » tend à la symétrisation des dominations, comme si cette domination masculine s’exerçait avec autant de force sur les hommes que sur les femmes. F. Rebucini cite Nicole-Claude Mathieu dans Concéder n’est pas consentir. Elle souligne le danger de l’explication par le symbolique, qui produit une symétrisation des dominations, des violences, des catégorisations.

(Pour alimenter le débat sur la place de Bourdieu dans les études de genre : “Pierre Bourdieu, le père des études de genre en France”, de Geoffroy de Lagasnerie : http://geoffroydelagasnerie.com/2011/09/04/pierre-bourdieu-le-pere-des-etudes-de-genre-en-france versus “La critique féministe et La domination masculine”, in Mouvements, 21 mai 2007 http://www.mouvements.info/La-critique-feministe-et-La.html)

L’intérêt du concept d’hégémonie de Gramsci est de toujours envisager les rapports de pouvoir comme asymétriques : ce concept évite l’effet de symétrisation entre dominants et subalternes. Il ne se conçoit pas uniquement sur la base du symbolique (comme chez Bourdieu) mais se fonde sur les rapports sociaux réels. L’hégémonie est à la fois ce qui est produit par ces rapports sociaux et ce qui produit des rapports sociaux spécifiques. L’hégémonie doit être pensée comme un processus, une dynamique, non comme un état de fait doté d’une certaine permanence à travers les siècles (comme c’est le cas chez Bourdieu).  Pour Marie-Hélène Bourcier, il faut même en finir avec le concept de « domination masculine ». Elle affirme que ces théories sont trop tributaires d’une vision dualiste et fataliste.

G. Rebucini envisage ensuite la conception des rapports de pouvoir de Maurice Godelier. Selon l’anthropologue, tout système de domination repose sur la violence du dominant et aussi sur le consentement du dominé. Dominé et dominant acceptent une même vision du monde. Toute domination suppose l’acceptation ou, au moins, la coopération des dominés. Cette vision de la domination est critiquée par les féministes comme celle de Bourdieu. Là encore, il faut mettre en avant l’asymétrie, le déséquilibre entre dominant·e·s et dominé·e·s qui n’ont pas la même conscience du système de domination dans lequel ils/elles sont pris.

Chez Gramsci, il existe une véritable dialectique entre domination et consentement, qui ouvre la possibilité d’une prise de conscience et l’établissement d’une nouvelle hégémonie qui se substitue à celle des dominant-e-s. Gramsci parle de conscience contradictoire chez les dominé-e-s : d’un côté, une conscience verbalisée, qui reprend les termes de l’hégémonie, et de l’autre, une conscience pratique. C’est sur l’expérience de cette dernière que peut s’appuyer une révolution, vers une contre-hégémonie où les éléments de violence disparaîtront progressivement.

Gramsci souligne que les dominants et les dominés n’ayant pas de conscience commune du monde, n’ayant pas les mêmes moyens intellectuels et matériels, les dominés ne peuvent y adhérer, ils/elles ne peuvent avoir la même conscience de cette violence, du contrôle social. Le concept d’ « hégémonie » est un concept de transformation sociale, ce qui fait tout son intérêt pour penser les rapports de genre.

  • Florian Voros : Conclusions

F. Voros souhaitait faire une cartographie des études sur les masculinités, mais le temps de la séance étant presque écoulé, il a réduit son intervention drastiquement.

Il a souligné le foyer d’émergence de men studies, à savoir le champ de la sociologie australienne des années 1980, ainsi que l’influence des cultural studies (études transdisciplinaires des rapports de pouvoir dans la culture). C’est dans ce contexte, en 1995, que paraissent le livre de R. W. Connell, Masculinities, ainsi que Constructing Masculinity de Berger, Wallis et Watson. L’un des intérêts de cette approche réside dans l’intersectionnalité, c’est-à-dire l’articulation des différentes catégories, de genre, de race, de classe, de sexualité… au sein d’une conception foucaldienne et gramscienne du pouvoir.

 


Une réflexion sur « Séminaire « Approches critiques des masculinités » – EHESS »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.