Alain Soral et la masculinité

Par Irène Gimenez et Vincent Bollenot. Cet article a initialement été publié sur labogenere.fr, en février 2014.

Avant-propos :

Pourquoi cet article ? Les chercheurs (en sciences sociales mais pas seulement) sont-ils légitimes pour s’engager dans la société civile ? Recherche et engagement sont-ils incompatibles ? Quelle est la frontière entre être scientifique et être « militant » ? Il ne convient pas ici d’écrire un article théorique sur cette question qui a déjà fait couler beaucoup d’encre. Néanmoins les études de genre sont sempiternellement « discréditées » par le qualificatif de «militantes». Ces accusations venant de la part de groupes fascistoïdes (apparemment maîtres dans l’art de l’objectivité et seuls détenteurs des véritables critères de scientificité), elles pourraient faire sourire si elles ne rencontraient pas tant d’audience dans les médias voire dans le monde universitaire lui-même, réactivant certains poncifs des intellectuels organiques à la droite comme à la gauche de la fin du XXème siècle. Une réponse critique, donc constructive, est par conséquent constamment nécessaire. Les chercheurs sont, actuellement du fait du prosélytisme de l’extrême droite qui tend à les déposséder de leur propre parole, obligés de s’engager dans le débat public. Certes, les travaux de recherche ont vocation à être réappropriés par la société, mais pas au prix des distorsions qu’y imposent les propagandistes et fast thinkers de tous bords. Bien plus, la revendication même de la situation des savoirs que l’épistémologie féministe propose (lire à ce propos, par exemple, Dona Haraway,Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective”, Feminist Studies, Vol. 14, No. 3. (Autumn, 1988), pp. 575-599.), prémunit d’universalisations abusives et garantit la conscience voire la connaissance de la place depuis laquelle émanent ces travaux et des biais que cette place implique sur les méthodes et la sélection des objets d’études. Dans cette perspective, nombre de chercheurs pensant le genre peuvent prétendre à plus d’objectivité que les idéologues qui les ramènent constamment au (dis)qualificatif de « militant » puisqu’ils s’objectivent eux-mêmes. Les savoirs ainsi produit ont donc plus grande valeur, et plus grand potentiel d’invention scientifique car les enjeux qu’ils soulèvent dépassent les seules sanctions académiques.

Continuer la lecture de Alain Soral et la masculinité

Le féminisme en mouvements: entretien avec Nancy Fraser

Cet entretien a été reblogué depuis le site internet de la Villa Gillet. Il a été publié originellement en décembre 2012.

Par Vanina Mozziconacci.

Dans le cadre du festival Mode d’Emploi organisé par la Villa Gillet, Nancy Fraser intervenait aux côtés de Luc Boltanski à la MC2 de Grenoble pour un dialogue sur le thème du renouveau de la critique sociale à partir de la pensée de la domination et de l’émancipation. Philosophe féministe et figure importante du paysage politique américain, l’auteure de Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution (La Découverte, 2011) etLe féminisme en mouvements. Des années 1960 à l’ère néolibérale (La Découverte, 2012) a accepté de répondre à quelques questions.

Continuer la lecture de Le féminisme en mouvements: entretien avec Nancy Fraser

«La santé est politique»: Entretien avec Alondra Nelson

Cet entretien a été reblogué depuis le site internet de la Villa Gillet. Il a été publié originellement en décembre 2012.

par Vanina Mozziconacci

Dans le cadre du Festival Mode d’Emploi organisé par la Villa Gillet, la sociologue américaine Alondra Nelson était à la bibliothèque municipale de la Croix-Rousse pour présenter les politiques de santé américaine et notamment l’action des Black Panthers contre la discrimination médicale.

Professeure à l’Université de Columbia à New-York, ses recherches portent sur la production, la réception et la contestation des connaissances scientifiques portant sur les différences humaines. Elle est l’auteure du livre – non traduit en français – Body and Soul. The Black Panther Party and the Fight against Medical Discrimination, qui a remporté en 2012 le prix de l’Association Américaine de Sociologie dans la catégorie Race, genre et classe.

Continuer la lecture de «La santé est politique»: Entretien avec Alondra Nelson

Stop à la rumeur: parlons de genre

Stop à la rumeur: parlons de genre, par Anne-Charlotte Husson.

Cet article avait été initialement publié sur labogenere.fr en janvier 2014.

Il en a déjà été question sur ce site : depuis 2011, la controverse sur le genre prend de l’ampleur. Elle est née dans des milieux catholiques, s’alarmant de l’introduction du concept (« genre ») dans des manuels de SVT (voir à ce sujet le dossier « La querelle des manuels scolaires » sur le blog d’Anthony Favier, Comprendre le genre catholique). Elle a trouvé un nouveau souffle avec le mouvement « Manif Pour Tous » qui, comme de nombreux/euses opposant·e·s à l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe, voit dans ce projet la marque d’une « théorie du genre » à l’oeuvre dans les politiques publiques.

Continuer la lecture de Stop à la rumeur: parlons de genre

Le Figaro et la «théorie du genre»

Le Figaro et la «théorie du genre» par Vincent Bollenot.

Cet article avait été initialement publié sur le site labogenere.fr en janvier 2014.

La projection dans des écoles primaires du dernier film de Céline Sciamma, Tomboy, sorti dans les salles en 2011 et mettant en scène une enfant se faisant passer pour un garçon, suscite depuis le lancement d’une pétition par le groupe conservateur Citizen Go un débat public. C’est l’occasion, pour des médias avides d’audimat, de produire à toute vitesse des articles aux contenus de ce fait mal informés et désinformant. L’article du Figaro (daté du 26 décembre 2013) dont il sera question ici est un cas d’école puisqu’il n’est pas ouvertement engagé du côté de Citizen Go et qu’il veut présenter une information plus objectivement. Mais ce faisant, il fait sienne toute la rhétorique des opposants à la projection du film et est donc biaisé à la base.

Continuer la lecture de Le Figaro et la «théorie du genre»

Quand l’UNI observe la «théorie du genre»

Quand l’UNI observe la «théorie du genre», par Cyril Barde et Anne-Charlotte Husson.

Cet article a été publié pour la première fois en avril 2013 sur le blog Genre!.

Alors que les opposants au mariage pour tous et à l’égalité des droits ont choisi de faire du genre, au plutôt de ce qu’ils appellent « la théorie du genre » la cible de leur combat, les bons petits soldats du syndicat étudiant de droite UNI, devant lequel Claude Guéant avait affirmé que toutes les civilisations ne se valaient pas, leur emboîtent le pas. Pour cela, ils font circuler une « pétition contre la théorie du genre dans l’école élémentaire » (qui revendique 90 000 signataires) et viennent de créer, avec un « collectif contre le mariage et l’adoption homo », un site au nom accrocheur et trompeur puisqu’il se présente comme l’« Observatoire de la théorie de genre ». Il s’agit d’un « site internet d’information » apparemment neutre, bien que l’emploi de l’expression « théorie du genre » indique immédiatement qu’il s’agit plutôt d’un site réquisitoire contre les études de genre; le site se donne pour objectif d’« offrir aux Français les informations et les outils conceptuels nécessaires pour ouvrir les yeux sur les dangers que représente cette théorie ».

Continuer la lecture de Quand l’UNI observe la «théorie du genre»

La « théorie du genre » n’existe pas

La « théorie du genre » n’existe pas, par Anne-Charlotte Husson.

Cet article a été publié pour la première fois en janvier 2013 sur le blog Genre!. Il a été écrit en réponse à l’utilisation massive de l’expression « théorie du genre » par les opposant·e·s au mariage pour tous et dans les réseaux catholiques et/ou de droite.

Depuis, son usage n’a fait que s’étendre, à l’initiative notamment de « La Manif Pour Tous » qui concentre désormais son action sur le militantisme anti-genre.

J’évoquais dans mon dernier article la proposition de résolution présentée en décembre à l’Assemblée Nationale par deux député·e·s UMP, visant à « établir précisément les vecteurs de promotion de la théorie du gender dans notre pays » afin d’« en évaluer les conséquences pour la collectivité nationale ». J’ai déjà expliqué en quoi cette proposition était infondée et traduisait une grave méconnaissance des études de genre (ou plutôt un contresens complet). Je voudrais maintenant faire quelques remarques au sujet des expressions « la théorie du gender », ou « la théorie du genre », désignant un objet qui n’existe pas.

Continuer la lecture de La « théorie du genre » n’existe pas

Fin de GenERe et rétrospective

Bonjour à tou.te.s!

Le laboratoire GenERe touche à sa fin, après 4 ans d’existence.  À cette occasion, nous allons reposter pendant les semaines qui viennent les contenus du site labogenere.fr (qui fermera bientôt) sur notre carnet Hypothèses. L’occasion de (re)découvrir des conférences, des articles, des entretiens ; bref, une petite rétrospective de notre laboratoire junior, avant de vous parler de notre tout dernier projet, début 2018 …

Ce billet est également l’occasion de vous signaler l’existence de deux laboratoires junior amis :

TPG (Théories et Performances des genres), basé également à Lyon:  https://labotpg.com/

Contraception et genre, qui organise prochainement un grand colloque à Paris : https://contraceptiongenre.wordpress.com/

À très bientôt, donc !

Les membres de GenERe

 

Entretien avec Angélique Maillavin, masterante en histoire du genre

Angélique Maillavin, Encadrer les loisirs des filles et des garçons à Lyon (1919-1943) : le rôle de la municipalité dans le péri-scolaire, sous la direction de Marianne Thivend, Université Lyon Lumière 2, 2015, 237 p.

Entretien avec Angélique Maillavin,

chercheuse débutante en Histoire du genre.

Entretien mené par Lola Grynberg-Prestat

Dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires, la France adopte en juillet 2013 la « Loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République ». Mise en place progressivement dans les années suivante, elle prévoit notamment un fond en faveur des municipalités pour contribuer au développement d’une offre d’activités périscolaires intégrées dans « un projet éducatif territorial » et conçues comme « prolongeant le service public de l’éducation, et en complémentarité avec lui [1]».

Coïncidence ou pas, c’est aussi à l’’été 2013 que débute la recherche en histoire d’ Angélique Maillavin, masterante « Matilda » [2]  à l’Université Lyon 2, sur le rôle de la municipalité dans le « péri-scolaire de loisirs » de 1919 à 1943 à Lyon. Soutenu en 2015, sous la direction de Marianne Thivend, son mémoire s’attache à poser la question du genre dans les débuts de l’encadrement public des loisirs des filles et des garçons, à travers une étude précise des colonies de vacances et des garderies[3].

Angélique Maillavin est aussi animatrice auprès d’enfants, elle est également très engagée depuis plusieurs années au sein du Groupement national estudiantin d’enseignement aux personnes incarcérées (Genepi). Se destinant à être professeur d’Histoire-Géographie du second degré, ce sont sous ces multiples casquettes qu’elle répond ici à mes questions.

Continuer la lecture de Entretien avec Angélique Maillavin, masterante en histoire du genre

Genre et sexualités (6): Michel Senellart. Sexualité et sexe dans _La volonté de savoir_ de Foucault

Michel SENELLART.  (Triangle, UMR 5206), Philosophie :

Sexualité et sexe dans La volonté de savoir de Foucault

Mickaëlle Provost : Michel Sellenart, professeur de philosophie à l’ENS de Lyon. Ses recherches récentes portent sur la philosophie politique contemporaine, principalement Michel Foucault. Nous sommes très heureux de vous entendre parler de M. Foucault et de La volonté de savoir, qui a une importance programmatique dans son œuvre.

Michel Senellart. Merci beaucoup. Si je vous parle de La volonté de savoir, ce n’est pas parce que je suis un spécialiste de ce champ de recherche mais parce que je prépare une édition de ce texte à la Pléiade.  Le problème que je voudrais évoquer est celui de la distinction entre « sexualité » et « sexe » que fait Foucault à la fin de son livre. Il cite un passage du Serpent à plume de Lawrence. La citation de Lawrence dans les dernières pages de La volonté de savoir témoignerait de l’illusion commune au discours sur la libération sexuelle : affirmer les droits du sexe serait s’opposer au pouvoir qui nous inhibe et nous censure.

Continuer la lecture de Genre et sexualités (6): Michel Senellart. Sexualité et sexe dans _La volonté de savoir_ de Foucault

Genre et sexualités (5): Pierre Albertini. Homophobie et hétérosexisme en France et en Angleterre depuis 1960

Suite au colloque “Genre et sexualités” ayant eu lieu en décembre 2014 et organisé par GenERe, nous publions ici un compte-rendu des interventions.

Une évolution paradoxale : homophobie et hétérosexisme en France et en Angleterre depuis 1960

 par Pierre Albertini.

L’homophobie et l’hétérosexisme sont au cœur des rapports sociaux de sexe, c’est-à-dire de ce qu’on appelle le genre. Je précise les termes : j’entends par homophobie l’ensemble des sentiments et des gestes d’aversion, peur, mépris, haine que peut susciter l’homosexualité ; j’entends par hétérosexisme le système normatif, existant à différentes échelles, qui vise à donner l’avantage ou le monopole (notamment de visibilité) à l’hétérosexualité ; autrement dit, affirmer que les homosexuels mènent l’humanité à sa perte est homophobe, enseigner que l’homme est fait pour la femme et la femme pour l’homme est hétérosexiste.

Continuer la lecture de Genre et sexualités (5): Pierre Albertini. Homophobie et hétérosexisme en France et en Angleterre depuis 1960

Genre et sexualités (4): Isabelle Clair. « Les conflits conjugaux à travers la jalousie »

Isabelle Clair. Les conflits conjugaux à travers la jalousie.

Enquête en milieu rural entre 2008 et 2011 auprès de jeunes entre 15 et 20 ans : entrée dans la sexualité et la conjugalité hétérosexuelle. Le conflit sur la jalousie est le conflit principal, le plus explicité dans les entretiens. Il est intéressant car il mêke la sexualité, les sentiments, et permet une explicitation des normes et des interdits.

Continuer la lecture de Genre et sexualités (4): Isabelle Clair. « Les conflits conjugaux à travers la jalousie »

Genre et sexualités (3): intervention d’Anne Verjus sur les pratiques sexuelles transgressives des normes de genre

Suite au colloque “Genre et sexualités” ayant eu lieu en décembre 2014 et organisé par GenERe, nous publions ici un compte-rendu des interventions.

Anne Verjus (Triangle, UMR 5206, Sciences politiques) : Des pratiques sexuelles transgressives des normes de genre : oui mais de quelles normes ?

Continuer la lecture de Genre et sexualités (3): intervention d’Anne Verjus sur les pratiques sexuelles transgressives des normes de genre

Genre et sexualités (2): intervention de Pascale-Marie Milan

Suite au colloque “Genre et sexualités” ayant eu lieu en décembre2014 et organisé par GenERe, nous publions ici un compte-rendu des interventions.

Pascale-Marie Milan (Centre de recherches et d’études anthropologiques – EA 3081), Anthropologie : « Il n’y a pas de mariage, les hommes visitent les femmes la nuit. Mais pour les touristes c’est 16h-00h! »

Continuer la lecture de Genre et sexualités (2): intervention de Pascale-Marie Milan