Archives par mot-clé : sexisme

Journée « Sexisme, jeux vidéo et culture geek »

Le 27 mars 2014,GenERe organisait une journée « Sexisme, jeux vidéo et culture geek » avec le Club Retrogaming de l’ENS (pour plus de détails, voir le programme ci-dessous).

Grâce à la Galaxie Numérique EgalitéEs, et en particulier grâce à Éléonore Dumas et Élise Anne, qui ont tout filmé et monté, nous pouvons aujourd’hui vous proposer de (re)voir des communications !

Continuer la lecture de Journée « Sexisme, jeux vidéo et culture geek »

Conférence de Martin Winckler à l’ENS de Lyon

Le 28 avril 2014, dans le cadre de l’événement « Genre, sciences naturelles et médecine » Martin Winckler était invité pour nous parler de la gynécologie et de la place des stéréotypes de genre en médecine.

Éléonore Dumas et Élise Anne, de la Galaxie Numérique égalitéEs, ont filmé la conférence, que vous pouvez dès à présent (re)voir !

Continuer la lecture de Conférence de Martin Winckler à l’ENS de Lyon

Alain Soral et la masculinité

Par Irène Gimenez et Vincent Bollenot. Cet article a initialement été publié sur labogenere.fr, en février 2014.

Avant-propos :

Pourquoi cet article ? Les chercheurs (en sciences sociales mais pas seulement) sont-ils légitimes pour s’engager dans la société civile ? Recherche et engagement sont-ils incompatibles ? Quelle est la frontière entre être scientifique et être « militant » ? Il ne convient pas ici d’écrire un article théorique sur cette question qui a déjà fait couler beaucoup d’encre. Néanmoins les études de genre sont sempiternellement « discréditées » par le qualificatif de «militantes». Ces accusations venant de la part de groupes fascistoïdes (apparemment maîtres dans l’art de l’objectivité et seuls détenteurs des véritables critères de scientificité), elles pourraient faire sourire si elles ne rencontraient pas tant d’audience dans les médias voire dans le monde universitaire lui-même, réactivant certains poncifs des intellectuels organiques à la droite comme à la gauche de la fin du XXème siècle. Une réponse critique, donc constructive, est par conséquent constamment nécessaire. Les chercheurs sont, actuellement du fait du prosélytisme de l’extrême droite qui tend à les déposséder de leur propre parole, obligés de s’engager dans le débat public. Certes, les travaux de recherche ont vocation à être réappropriés par la société, mais pas au prix des distorsions qu’y imposent les propagandistes et fast thinkers de tous bords. Bien plus, la revendication même de la situation des savoirs que l’épistémologie féministe propose (lire à ce propos, par exemple, Dona Haraway,Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective”, Feminist Studies, Vol. 14, No. 3. (Autumn, 1988), pp. 575-599.), prémunit d’universalisations abusives et garantit la conscience voire la connaissance de la place depuis laquelle émanent ces travaux et des biais que cette place implique sur les méthodes et la sélection des objets d’études. Dans cette perspective, nombre de chercheurs pensant le genre peuvent prétendre à plus d’objectivité que les idéologues qui les ramènent constamment au (dis)qualificatif de « militant » puisqu’ils s’objectivent eux-mêmes. Les savoirs ainsi produit ont donc plus grande valeur, et plus grand potentiel d’invention scientifique car les enjeux qu’ils soulèvent dépassent les seules sanctions académiques.

Continuer la lecture de Alain Soral et la masculinité