Journée « Sexisme, jeux vidéo et culture geek »

Le 27 mars 2014,GenERe organisait une journée « Sexisme, jeux vidéo et culture geek » avec le Club Retrogaming de l’ENS (pour plus de détails, voir le programme ci-dessous).

Grâce à la Galaxie Numérique EgalitéEs, et en particulier grâce à Éléonore Dumas et Élise Anne, qui ont tout filmé et monté, nous pouvons aujourd’hui vous proposer de (re)voir des communications !

 

 

PROGRAMME

CONFERENCES

13h-16h :

Mar_Lard, gameuse féministe et blogueuse
Genre & jeu vidéo : représentations et rapports de domination

Marion Coville, doctorante (Paris 1)
Articuler rapports sociaux de genre, de classe, de « race » et de sexualité : une approche intersectionnelle du jeu vidéo

Mehdi Derfoufi, chercheur ATER (Lyon 1)
Cinéphilie / culture geek : tu seras un homme mon fils

ENTRETIEN

16h-17h :

avec Sandra Fesquet, cofondatrice du studio BlackMuffin

TABLE RONDE

17h-19h :

sur l’univers libriste, les comics, les jeux en ligne et le cyberféminisme…
animée par:
Gwen Desliens, technicienne informatique et blogueuse : « Les libristes, la motarde et la petite culotte »
avec
Isabelle Guillaume, étudiante agrégée d’Anglais (ENS de Lyon) : « Des comics et des femmes »
Fanny Lignon, maîtresse de conférence (Lyon 1)  : « Chore Wars : l’emmerdant et l’amusant »
Jessica Soler-Benonie, doctorante (Toulouse II) : « Du coté des gameuses : déconstruire la domination masculine vidéoludique, réceptions et impacts »

Conférence de Martin Winckler à l’ENS de Lyon

Le 28 avril 2014, dans le cadre de l’événement « Genre, sciences naturelles et médecine » Martin Winckler était invité pour nous parler de la gynécologie et de la place des stéréotypes de genre en médecine.

Éléonore Dumas et Élise Anne, de la Galaxie Numérique égalitéEs, ont filmé la conférence, que vous pouvez dès à présent (re)voir !

Vous pouvez également consulter le live-tweet de la conférence. Merci à @Agia31 sur Twitter, qui a monté ce Storify !

 

Définition du genre et ressources

[Cet article paru initialement en 2014 et écrit par Anne-Charlotte Husson est republié du site labogenere.fr]

Vous trouverez ici : une définition de la notion de genre ainsi que plusieurs bibliographies :

Pour commencer 

Piliers des études de genre 

Le genre dans différentes disciplines 

Féminisme(s)

Vous pouvez aussi consulter la conférence d’introduction organisée par GenERe

Continuer la lecture de Définition du genre et ressources

Conférence d’introduction aux études de genre

Conférence d’introduction aux études de genre, par Cécile Thomé et Anne-Charlotte Husson:

La conférence s’est déroulée à l’ENS de Lyon le 19 mars dernier. Merci encore à toutes celles et tous ceux qui sont venu·e·s.

Pour accéder à la vidéo sur YouTube, cliquez ici !

Introduction -> 17 min 50 sec
I) Socialisation de genre -> 35 min 40 sec
II) Sexe = nature, genre = culture? -> 51 min 55 sec
III) L’emprise du genre -> 1 h 02 min 53 sec
IV) Intersections -> 1 h 13 min 12 sec
V) Sexualités -> 1 h 41 min
Conclusion, questions/réponses

Vous pouvez également lire un entretien avec les deux membres de GenERe sur Rue89 ici !

SONY DSC

Bibliographie

Pour commencer…

BERENI Laure, CHAUVIN Sébastien, JAUNAIT Alexandre et REVILLARD Anne, Introduction aux études sur le genre, Bruxelles, De Boeck, 2012 (2ème édition).
CLAIR Isabelle, Sociologie du genre, Paris, Armand Colin, 2012.
DORLIN Elsa, Sexe, genre et sexualités. Introduction à la théorie féministe, Paris, Presses Universitaires de France, 2008.
LÖWY Ilana, L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute, 2006.
MARUANI Margaret, Femmes, genre et sociétés. L’état des savoirs, Paris, Éditions La Découverte, 2005.

Et bien sûr plein d’autres références sur le site.

Références utilisées pendant la conférence :

BAJOS Nathalie et BOZON Michel (dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, Éditions La Découverte, 2008.
BOURCIER Marie-Hélène, Queer Zones. Politique des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, Paris, Éd. Amsterdam, 2006 (2001).
BOURDIEU Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les Éditions de Minuit, 1979.
BOURDIEU Pierre, La domination masculine, Paris, Éditions du Seuil, 1998.
BOZON Michel, Sociologie de la sexualité, Paris, Armand Colin, 2013 (3ème édition).
BUTLER Judith, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2005 (1990).
CHAUVIN Sébastien et LERCH Arnaud, Sociologie de l’homosexualité, La Découverte, 2013.
CLAIR Isabelle, Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin, 2008.
CLAIR, « Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel », Agora Débats/jeunesse, n°60, 2012.
CRENSHAW Kimberlé Williams, « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du Genre 2/ 2005 (n° 39), p. 51-82.
DARMON Muriel, La socialisation, Paris, Presses Universitaires de France, 2007.
DE BEAUVOIR Simone, Le deuxième sexe I et II, Paris, Gallimard, 1949.
DE LAURENTIS Teresa (dir.), « Queer Theory: Lesbian and Gay Sexualities », numéro spécial de Differences: A Journal of Feminist Cultural Studies, 3, 1991.
DELPHY, Christine, L’Ennemi principal, t. 1 Économie politique du patriarcat (1998) et t. 2 Penser le genre (2001), Paris, Éd. Syllepse, coll. « Nouvelles questions féministes », 2013.
ERIBON Didier, Réflexions sur la question gay, Paris, Flammarion, coll. « Champs essais », 2012.
FALCONNET Georges et LEFAUCHEUR Nadine, La Fabrication des mâles, Paris, Seuil, 1975.
FASSIN Eric, « L’empire du genre. L’histoire politique ambiguë d’un outil conceptuel », L’Homme, n°187-188, 2008. Disponible en ligne: http://www.cairn.info/revue-l-homme-2008-3-page-375.htm.
FAUSTO-STERLING Ann, Corps en tous genres. La dualité des sexes à l’épreuve de la science, Paris, La Découverte, coll. « Genre & Sexualité », Paris, 2012 (2000).
GARFINKEL Harold, Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses Universitaires de France, 1997 (1967).
GIANINI BELLOTI Elena, Du côté des petites filles, Paris, Editions des femmes, 1973.
GUILLAUMIN Colette, Sexe, race et pratique du pouvoir : l’idée de nature, Paris, coll. « Côté-femmes – Recherches », 1992.
KOSOFSKY-SEGDWICK Eve, Épistémologie du placard, Paris, Éd. Amsterdam, 2008 (1991).
LIEBER Marylène, Genre, violences et espaces publics. La vulnérabilité des femmes en question, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2008.
MEAD Margaret, Mœurs et sexualité en Océanie, Paris, Pocket, 1993 (1963 pour la première édition française, 1928 et 1935 pour les éditions américaines).
MOSSUZ-LAVAU Janine, Les lois de l’amour. Les politiques de la sexualité en France (1950-2002), Paris, Payot, 2002 (1991).
OAKLEY Ann, Sex, Gender and Society, London, Temple Smith, 1972.
RICH Adrienne, « La contrainte à l’hétérosexualité et l’existence lesbienne », Nouvelles Questions Féministes, n°1, 1981 (1980).
RUBIN Gayle, Surveiller et jouir. Anthropologie politique du sexe, Paris, EPEL, 2010.
TRACHMAN Mathieu, Le travail pornographique. Enquête sur la production de fantasmes, Paris, Éditions La Découverte, 2013.
WEST Candace et ZIMMERMAN Don H., « Doing gender », Gender & Society, n°1, juin 1987.
WITTIG Monique, La pensée straight, Paris, Éd. Amsterdam, 2013 (1992).

Conférence «Introduction aux Trans Studies»

La conférence a été organisée en partenariat avec l‘Observatoire  des Transidentités, donnée par Karine Espineira et Arnaud Alessandrin le vendredi 27 février 2015. Vous trouverez la vidéo de l’intervention ci-dessous.

Développées au États-Unis depuis les années 1990, les transgender studies francophones sont balbutiante, particulièrement en France. Longtemps cantonnées aux seules disciplines médicales, psychiatriques et psychanalytiques dans le contexte français, les questions trans s’ouvrent aux Sciences humaines et sociales sans compter les apports épistémologiques proposés par les personnes trans elles-mêmes. Au-delà des théories sur les transles études avec et par les trans ouvrent un nouveau champ de réflexion. Une introduction aux trans studies se doit d’éclairer cette triple dimension.

Karine Espineira est chercheure associée au LIRCES, à l’Université de Nice-Sophia Antipolis où elle a soutenu une thèse en Sciences de l’information et de la communication sur les transidentités. Ses travaux portent sur les constructions médiatiques des trans et sur l’émergence des transféminismes. Elle a publié l’essai La transidentité, de l’espace public à l’espace médiatique (2008) et coordonné l’ouvrage  Quand la médiatisation faire genre  avec L. Biscarrat & Al. (2014). Depuis 2012, Elle dirige également, avec M-Y. Thomas et A. Alessandrin Les cahiers de la transidentité.

 Arnaud Alessandrin est chargé de cours à l’université de Bordeaux où il a soutenu une thèse de sociologie sur les transidentités. Il est actuellement post-doctorant à l’université Jean Jaurès (Toulouse). Ses travaux portent sur le genre, la santé et les inégalités. Il a récemment dirigé les livres La transyclopédie avec K. Espineira et M-Y. Thomas (2012),  Géographie des homophobies  avec Y. Raibaud (2013) et  Genre ! avec B. E-Bellebeau (2014).

Journée « Qui (dé)fait le genre en éducation? »

La journée « Qui (dé)fait le genre en éducation? » a été organisée à l’ENS de Lyon le vendredi 30 janvier 2015. Vous trouverez ci-dessous l’argumentaire, le programme ainsi que les enregistrements audio des interventions.

Continuer la lecture de Journée « Qui (dé)fait le genre en éducation? »

Conférence de Marie-Anne Paveau, « Pornographies en discours »

Compte-rendu par Anne-Charlotte Husson, initialement publié sur le site labogenere.fr en mars 2014.

Marie-Anne Paveau, « Pornographies en discours. Linguistique de l’excitation textuelle »
Intervention dans le cadre du séminaire « Genre et politique » du laboratoire Triangle, ENS de Lyon, 18/03/2014.

Marie-Anne est professeure de linguistique à l’université Paris 13. Elle publie en mai Le discours pornographique aux éditions de la Musardine, dans la collection « Attrape-corps » qu’elle dirige désormais.

Ce livre et les travaux qui y ont mené s’inscrivent dans le cadre d’un champ de recherches émergent en France, les porn studies ou études pornographiques. Une partie importante de l’intervention est dédiée à l’émergence en France de ce champ qui existe depuis une quinzaine d’années aux Etats-Unis.

Le premier volume de la revue Porn Studies vient d’ailleurs de sortir, avec un programme alléchant. [disclaimer : comme le dit Marie-Anne Paveau, « quand on parle de porno, tous les mots sont piégés ». Vous vous aventurez donc dans ce compte-rendu à vos risques et périls]. Je mettrai l’accent dans ce compte-rendu, comme M.-A. Paveau l’a fait du reste pendant son intervention, sur les études pornographiques, l’émergence du champ, sa méthodologie, ses présupposés, etc.

Continuer la lecture de Conférence de Marie-Anne Paveau, « Pornographies en discours »

La controverse sur le genre, la droite et l’extrême-droite françaises

Cet  article, par Anne-Charlotte Husson, a initialement été publié sur labogenere.fr en août 2014.

Si la controverse sur le genre a commencé et reste largement ancrée dans les milieux catholiques, elle s’est aussi étendue au champ politique et diversifiée en fonction des intérêts de différents partis et acteurs/trices politiques. La première à opérer la liaison entre discours catholique et champ politique fut, sans surprise, Christine Boutin, qui adresse le 31 mai 2011 une « lettre ouverte sur le Gender » au ministre de l’Education Nationale Luc Chatel. Cette lettre ne fait que reprendre les inquiétudes et accusations exprimées dans les milieux catholiques. La présidente du Parti Chrétien-Démocrate est rapidement suivie par les députés Jean-Marc Nesme et Christian Vanneste et la sénatrice Marie-Thérèse Hermange (UMP). D’autres députés du même parti leur emboîtent le pas pendant l’été et à la rentrée, la réaction politique prend de l’ampleur, toujours dans la lignée du discours catholique. Jean-Marc Nesme va même jusqu’à saisir la Miviludes (mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) ; sa lettre plagie un article publié pour la première fois en 1998 par le prêtre marianiste Oscar Alzamora Revoredo, puis traduit et publié en France en 2005 dans le Lexique des termes ambigus et controversés sur la famille publié par le Conseil Pontifical pour la Famille (Pierre Téqui Editeur).

Continuer la lecture de La controverse sur le genre, la droite et l’extrême-droite françaises

Alain Soral et la masculinité

Par Irène Gimenez et Vincent Bollenot. Cet article a initialement été publié sur labogenere.fr, en février 2014.

Avant-propos :

Pourquoi cet article ? Les chercheurs (en sciences sociales mais pas seulement) sont-ils légitimes pour s’engager dans la société civile ? Recherche et engagement sont-ils incompatibles ? Quelle est la frontière entre être scientifique et être « militant » ? Il ne convient pas ici d’écrire un article théorique sur cette question qui a déjà fait couler beaucoup d’encre. Néanmoins les études de genre sont sempiternellement « discréditées » par le qualificatif de «militantes». Ces accusations venant de la part de groupes fascistoïdes (apparemment maîtres dans l’art de l’objectivité et seuls détenteurs des véritables critères de scientificité), elles pourraient faire sourire si elles ne rencontraient pas tant d’audience dans les médias voire dans le monde universitaire lui-même, réactivant certains poncifs des intellectuels organiques à la droite comme à la gauche de la fin du XXème siècle. Une réponse critique, donc constructive, est par conséquent constamment nécessaire. Les chercheurs sont, actuellement du fait du prosélytisme de l’extrême droite qui tend à les déposséder de leur propre parole, obligés de s’engager dans le débat public. Certes, les travaux de recherche ont vocation à être réappropriés par la société, mais pas au prix des distorsions qu’y imposent les propagandistes et fast thinkers de tous bords. Bien plus, la revendication même de la situation des savoirs que l’épistémologie féministe propose (lire à ce propos, par exemple, Dona Haraway,Situated Knowledges: The Science Question in Feminism and the Privilege of Partial Perspective”, Feminist Studies, Vol. 14, No. 3. (Autumn, 1988), pp. 575-599.), prémunit d’universalisations abusives et garantit la conscience voire la connaissance de la place depuis laquelle émanent ces travaux et des biais que cette place implique sur les méthodes et la sélection des objets d’études. Dans cette perspective, nombre de chercheurs pensant le genre peuvent prétendre à plus d’objectivité que les idéologues qui les ramènent constamment au (dis)qualificatif de « militant » puisqu’ils s’objectivent eux-mêmes. Les savoirs ainsi produit ont donc plus grande valeur, et plus grand potentiel d’invention scientifique car les enjeux qu’ils soulèvent dépassent les seules sanctions académiques.

Continuer la lecture de Alain Soral et la masculinité

Le féminisme en mouvements: entretien avec Nancy Fraser

Cet entretien a été reblogué depuis le site internet de la Villa Gillet. Il a été publié originellement en décembre 2012.

Par Vanina Mozziconacci.

Dans le cadre du festival Mode d’Emploi organisé par la Villa Gillet, Nancy Fraser intervenait aux côtés de Luc Boltanski à la MC2 de Grenoble pour un dialogue sur le thème du renouveau de la critique sociale à partir de la pensée de la domination et de l’émancipation. Philosophe féministe et figure importante du paysage politique américain, l’auteure de Qu’est-ce que la justice sociale ? Reconnaissance et redistribution (La Découverte, 2011) etLe féminisme en mouvements. Des années 1960 à l’ère néolibérale (La Découverte, 2012) a accepté de répondre à quelques questions.

Continuer la lecture de Le féminisme en mouvements: entretien avec Nancy Fraser

«La santé est politique»: Entretien avec Alondra Nelson

Cet entretien a été reblogué depuis le site internet de la Villa Gillet. Il a été publié originellement en décembre 2012.

par Vanina Mozziconacci

Dans le cadre du Festival Mode d’Emploi organisé par la Villa Gillet, la sociologue américaine Alondra Nelson était à la bibliothèque municipale de la Croix-Rousse pour présenter les politiques de santé américaine et notamment l’action des Black Panthers contre la discrimination médicale.

Professeure à l’Université de Columbia à New-York, ses recherches portent sur la production, la réception et la contestation des connaissances scientifiques portant sur les différences humaines. Elle est l’auteure du livre – non traduit en français – Body and Soul. The Black Panther Party and the Fight against Medical Discrimination, qui a remporté en 2012 le prix de l’Association Américaine de Sociologie dans la catégorie Race, genre et classe.

Continuer la lecture de «La santé est politique»: Entretien avec Alondra Nelson

Stop à la rumeur: parlons de genre

Stop à la rumeur: parlons de genre, par Anne-Charlotte Husson.

Cet article avait été initialement publié sur labogenere.fr en janvier 2014.

Il en a déjà été question sur ce site : depuis 2011, la controverse sur le genre prend de l’ampleur. Elle est née dans des milieux catholiques, s’alarmant de l’introduction du concept (« genre ») dans des manuels de SVT (voir à ce sujet le dossier « La querelle des manuels scolaires » sur le blog d’Anthony Favier, Comprendre le genre catholique). Elle a trouvé un nouveau souffle avec le mouvement « Manif Pour Tous » qui, comme de nombreux/euses opposant·e·s à l’ouverture du mariage pour les couples de même sexe, voit dans ce projet la marque d’une « théorie du genre » à l’oeuvre dans les politiques publiques.

Continuer la lecture de Stop à la rumeur: parlons de genre

Le Figaro et la «théorie du genre»

Le Figaro et la «théorie du genre» par Vincent Bollenot.

Cet article avait été initialement publié sur le site labogenere.fr en janvier 2014.

La projection dans des écoles primaires du dernier film de Céline Sciamma, Tomboy, sorti dans les salles en 2011 et mettant en scène une enfant se faisant passer pour un garçon, suscite depuis le lancement d’une pétition par le groupe conservateur Citizen Go un débat public. C’est l’occasion, pour des médias avides d’audimat, de produire à toute vitesse des articles aux contenus de ce fait mal informés et désinformant. L’article du Figaro (daté du 26 décembre 2013) dont il sera question ici est un cas d’école puisqu’il n’est pas ouvertement engagé du côté de Citizen Go et qu’il veut présenter une information plus objectivement. Mais ce faisant, il fait sienne toute la rhétorique des opposants à la projection du film et est donc biaisé à la base.

Continuer la lecture de Le Figaro et la «théorie du genre»

Quand l’UNI observe la «théorie du genre»

Quand l’UNI observe la «théorie du genre», par Cyril Barde et Anne-Charlotte Husson.

Cet article a été publié pour la première fois en avril 2013 sur le blog Genre!.

Alors que les opposants au mariage pour tous et à l’égalité des droits ont choisi de faire du genre, au plutôt de ce qu’ils appellent « la théorie du genre » la cible de leur combat, les bons petits soldats du syndicat étudiant de droite UNI, devant lequel Claude Guéant avait affirmé que toutes les civilisations ne se valaient pas, leur emboîtent le pas. Pour cela, ils font circuler une « pétition contre la théorie du genre dans l’école élémentaire » (qui revendique 90 000 signataires) et viennent de créer, avec un « collectif contre le mariage et l’adoption homo », un site au nom accrocheur et trompeur puisqu’il se présente comme l’« Observatoire de la théorie de genre ». Il s’agit d’un « site internet d’information » apparemment neutre, bien que l’emploi de l’expression « théorie du genre » indique immédiatement qu’il s’agit plutôt d’un site réquisitoire contre les études de genre; le site se donne pour objectif d’« offrir aux Français les informations et les outils conceptuels nécessaires pour ouvrir les yeux sur les dangers que représente cette théorie ».

Continuer la lecture de Quand l’UNI observe la «théorie du genre»

La « théorie du genre » n’existe pas

La « théorie du genre » n’existe pas, par Anne-Charlotte Husson.

Cet article a été publié pour la première fois en janvier 2013 sur le blog Genre!. Il a été écrit en réponse à l’utilisation massive de l’expression « théorie du genre » par les opposant·e·s au mariage pour tous et dans les réseaux catholiques et/ou de droite.

Depuis, son usage n’a fait que s’étendre, à l’initiative notamment de « La Manif Pour Tous » qui concentre désormais son action sur le militantisme anti-genre.

J’évoquais dans mon dernier article la proposition de résolution présentée en décembre à l’Assemblée Nationale par deux député·e·s UMP, visant à « établir précisément les vecteurs de promotion de la théorie du gender dans notre pays » afin d’« en évaluer les conséquences pour la collectivité nationale ». J’ai déjà expliqué en quoi cette proposition était infondée et traduisait une grave méconnaissance des études de genre (ou plutôt un contresens complet). Je voudrais maintenant faire quelques remarques au sujet des expressions « la théorie du gender », ou « la théorie du genre », désignant un objet qui n’existe pas.

Continuer la lecture de La « théorie du genre » n’existe pas